[Avis] Kiss & Kill (Killers 2010) Ashton Kutcher et Katherine Heigl

Kiss and Kill reprend plusieurs clichés des films d’actions romantiques: la rencontre improbable à Paris, l’amour fou, le contrat, la fuite, la bataille… Sur le papier, l’idée est intéressante: Ashton en espion qui « cache » à sa femme son passé. La passage à l’écran a des lacunes. L’action est longue à montrer son bout de nez. Le début de l’histoire d’amour est traitée assez bizarrement. Le couple Ashton Kutcher et Katherine Heigl (Grey’s Anatomy) ne collent pas. Ils sont tous les deux séduisants, seulement leur association a du mal à convaincre. J’ai quand même souri deux trois fois tellement les répliques et les situations étaient prévisibles.

Synopsis : Alors que Jen Kornfeldt, en vacances sur la Côte d’Azur, se remet à peine d’une rupture, elle fait la connaissance de l’homme de ses rêves, le beau Spencer Aimes. Trois ans après cette rencontre, Spencer et Jen sont de jeunes mariés heureux à la vie paisible. Mais tout bascule le jour où un mystérieux tueur cherche à éliminer Spencer. Jen découvre alors que son mari est agent secret, un détail qu’il n’avait jamais pris la peine de mentionner. Les attaques contre le couple se multiplient, et ils comprennent que la tête de Spencer est mise à prix… Devenue femme d’un espion, Jen va tenter de découvrir quels autres secrets son mari a bien pu lui cacher. Mais elle devra surtout apprendre à esquiver les balles, gérer sa belle-famille et préserver les apparences d’un couple parfait…

L’action arrive péniblement au bout de quasiment une heure d’images. Avant vous avez la rencontre, le pourquoi du comment du couple Jen/Spencer. J’ai du rater un épisode car je n’ai pas vu la belle Katherine se battre avec sa belle famille, ni tout le reste. J’ai pas eu la dose romantique, rigolote et d’actions que j’espérais. Je parlerais même pas de cette manie de vouloir tout coller en France pour un départ d’une histoire d’amour. La scène près de la piscine m’a fait pensé à une copie pathétique de James Bond.

Si vous recherchez des combats armés ou à mains nues qui fassent vraies et ne soient pas ridicules, vous avez opté pour le mauvais film. Ce n’est pas devant le peu que vous verrez que vous trouverez votre rêve. Ashton convainc difficilement en espion tireur d’élite. Parfois, j’ai eu l’impression de la voir tenir une banane et pas un pistolet. La comédie romantique tourne au mauvais gag.

Mon coeur a crié en voyant Tom Selleck en papa diplomate. Sa présence n’éclaire en rien l’aventure. Magnum que venait-il faire dans ce méli-mélo raté??? J’ai eu le sentiment d’avoir un cocktail mal préparé. Kiss & Kill, c’est comme vouloir mélanger dans un mixer Mr et Mrs Smith avec une pointe de True Lies et un soupçon de 27 robes. J’ai aimé les 3 mais là le trop plein nuit au rendu. Le commanditaire des malheurs du couple est prévisible. Les combats sont quasiments aussi plat qu’une limande dans une poêle à frire. Imaginez le tableau. Les instants drôles le sont involontairement (enfin, je pense, sinon les scénaristes ont du passé par une zone de turbulence pour écrire la trame de l’aventure).

Il y aurait eu une meilleure trame, de meilleures dialogues et un meilleur peps insoufflés dans le Kiss & Kill ça aurait pu être une excellente comédie. Loin de là. Même pour les beaux yeux de Katherine ou le sourire enjoleur de Ashton ça ne vaut pas son pesant de cacahuètes. A voir que si vos yeux ont besoin de repos, ils risquent pas de devoir se fatiguer vu le peu de scènes d’action, romantique ou crédibles. Si vous manquez d’amour ou de tendresse, foncez plutôt regarder Valentine’s Day ou Trop Belle. Les deux sont nettement plus drôles et captivant. Ma préférence va au premier.

Si une bonne âme veut bien m’expliquer pourquoi avoir changer le titre original Killers pour Kiss & Kill merci.

3 commentaires sur “[Avis] Kiss & Kill (Killers 2010) Ashton Kutcher et Katherine Heigl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *