[Avis] Kaboom de Gregg Araki

Kaboom ça sonne comme une explosion. Kaboom ça vous met une musique en tête et un effet visuel de boom boom. J’ai eu l’opportunité d’assister à une avant-première de Kaboom lundi soir en présence de Gregg Araki et Thomas Dekker. (vidéo disponible ici merci à Nivrae) Je m’attendais à rien en particulier. J’y suis allée sans avoir vu un seul extrait juste lu l’affiche. Pour ma part, avant le film Kaboom réalisé par Gregg Araki. Je pensais à un comics de Rob Liefeld. Après son Mysterious Skin qui a offert son premier grand rôle à Jospeh Gorden-Levitt, le réalisateur met en scène une sorte de revisitation des teen-movie.

Le casting est prometteur Thomas Dekker, Juno Temple (Mr Nobody) , Roxane Mesquida, Hayley Bennett et Chrys Zylka. Il nous transporte dans un semblant de trip ou un lendemain de fête et d’excès. Un peu comme si vous sortiez du coton ou d’un rêve. (non pas comme dans Inception petits malins). Plus dans le délire du trip suite à  des champignons hallucinogènes. Ici, le champignon se cache sous les traits d’un simple cookie. L’indigestion de substance prohibée peut entraîner des visions loufoques.

Smith le héros a un look fashion, il est bi-sexuel si on doit le mettre dans une case. Je préfère de loin sa version « non-déclaré ». Il est hétérosexuel, homosexuel, peu importe le sexe de la personne qui lui donne du plaisir. Il aime la chair féminine ou masculine c’est secondaire. Etudiant, il mène une vie insouciante fantasmant sur son colocataire Thor le surfeur. Le clin d’oeil au Dieu Viking des comics est hilarante, je sais pas s’il elle est voulu dans le prénom. Le gaillard beau gosse, musclé, bien batti, méga nouille sur les bords rend le tableau kitsch et décalé. Stella son amie lesbienne, London son amie de coucherie, le tuteur Messie sous amphétamines, la sorcière Lorelei les personnages son hauts en couleurs. Araki tourne à la dérision plusieurs clichés des teen-movie à travers eux. Mélangeant des effets spéciaux à des gros plans des yeux de ses personnages, l’effet dépaysant est garanti. Amateurs de sensations vous ne serez pas déçus.

Le campus sert de cocoon aux effusions d’hormones en folies. Les jeunes gens s’en donnent à coeur joie. Le nombre de partie de jambes en l’air m’a impressionné sans compter les multiples allusions tendancieuses. La mise en scène présente doucement l’intimité de chacun. Le spectateur pénètre dans les vies de Smith, de Stella, voir même plus dans leur lit. Certaines scènes sont très très subjectives. L’imagination est guidée. Les héros sont centrés sur eux-mêmes et pourtant on s’y attache. On se demande ce que trame ce rêve récurrent, cette rencontre avec un cookie mutant. Leur univers coloré, plein de peps, plein de lumières et d’effets hippies rend le lien rêve/réalité parfois incroyablement dur à différencier. On s’immerge totalement dans la peau de Smith. Le môme un peu perdu entre l’adolescence et le monde des adultes. Un peu entre deux chaises, il se cherche, s’interroge. Sur ces questions existentielles viennent se coller des rêves angoissants et morbides. Thomas Dekker (Terminator: les chroniques de Sarah Connor et Heroes) est bluffant. Un regard, un physique, un discours attirant. Une vraie perle dans cette océan qui pourrait passer pour sans queue ni tête si on ne dépasse pas le côté sexuel. Allez au delà des apparences, passez outre l’image et vous verrez le message subliminal.

Etrange du début à la fin, Kaboom captive. On rigole, on se prend d’affection pour les protagonistes. Les enchainements prêtent à sourire. Les vilains déguisés en animaux rappelleront les méchants des films traitant des sociétés secrètes sur les universités américaines comme The skulls un deuxième me nargue mais j’ai oublié le titre. Poisson rouge inside. Une pointe de délire, de sexe à gogo, d’humour, de répliques loufoques. J’en reviens pas des dialogues notamment la question réponse sur Mel Gibson. Le soucis du héros des liens avec ses parents, la disparition de son père notamment.

Déluré, éclatant Kaboom offre une vision d’un jeune homme « non-déclaré » sexuellement. Il est rare de voir la sexualité abordé de cette manière. Une façon de dire que peut importe l’étiquette hétérosexuel, homosexuel, bi-sexuel, le plaisir du sexe ce situe ailleurs que dans le féminin ou masculin. Le film ne plaira pas à tout le monde. Il est excellent si on ne le prend pas au premier degré. Gregg Araki a su créer un visuel et un scénario abracadabrant soulevant des questions. Smith et ses acolytes dérouteront plus d’un spectateur. Pour ma part, j’ai aimé le style hippie visuel, les personnages, l’histoire tordue et les interrogations voilées. Devant Kaboom, j’ai eu un panel d’émotions et de surprises. Un trip plaisant à chaque instant avec une fin détonnante. Kaboom kaboom!!!

Synopsis : Smith mène une vie tranquille sur le campus – il traîne avec sa meilleure amie, l’insolente Stella, couche avec la belle London, tout en désirant Thor, son sublime colocataire, un surfeur un peu simplet – jusqu’à une nuit terrifiante où tout va basculer. Sous l’effet de space cookies ingérés à une fête, Smith est persuadé d’avoir assisté à l’horrible meurtre de la Fille Rousse énigmatique qui hante ses rêves. En cherchant la vérité, il s’enfonce dans un mystère de plus en plus profond qui changera non seulement sa vie à jamais, mais aussi le sort de l’humanité.


KABOOM – 1er extrait
envoyé par wildbunch-distrib. – Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

A noter: Kaboom a été présenté à Cannes en mai dernier et y a remporté la Queer palme. Il était aussi au Festival de Deauville.

Sortie: 6 octobre 2010
Distributeur: Wild Bunch Distribution
Site officiel: http://www.kaboom-lefilm.com/

Note: 9/10

Kaboom frôle la perfection.

4 commentaires sur “[Avis] Kaboom de Gregg Araki

  1. Tu devrais aimer le comics Supermaket de Brian Wood alors :wink: Il y a des Porno-suédoises, des yakusas et c’est totalement déjanté. :D
    Je te le conseille.

    Vivement la sortie pour Kaboom, ta critique me donne envie d’y aller. J’ai besoin de mouchoirs ou ça ira? :wink:

  2. @3Moopydelfy (*^__^*) APPEL A FILMS @Festival TAKAVOIR , tout à vos portables @premier prix : 1 000 € @http://www.takavoir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *