[Avis] Ivan Tsarevitch et la princesse changeante de Michel Ocelot

★Synopsis:★
A partir de 6 ans
Tous les soirs, une fille, un garçon et un vieux projectionniste se retrouvent dans un cinéma qui semble abandonné, mais plein de merveilles. Les trois amis inventent, dessinent, se déguisent et s’imaginent les héros de contes merveilleux. Des profondeurs de la terre, aux confins de l’orient, ils rivalisent d’imagination pour incarner princesses et aventuriers : « La Maitresse des Monstres», « L’Ecolier-Sorcier », « Le Mousse et sa Chatte » et « Ivan Tsarévitch et la Princesse Changeante ».

★Mon avis:★

La magie de Michel Ocelot agit une fois de plus. Graphiquement paré d’un trait simple, d’une découpe en silhouette minimaliste, de fonds visuellement flamboyant, Ivan Tsarevitch et la princesse changeante offre une fois de plus un univers merveilleux. Le talent de conteur s’étale avec brio sur le pellicule. Les enfants comme les grands restent subjuguer par les histoires racontées à travers un mélange de modernité et d’ancien. Un savoureux cocktail donnant envie le temps d’une séance de laisser de côté les soucis. Un petit bonheur narratif et visuel comme le spectateur devrait en découvrir plus souvent.

Ici, le jeune public se voit présenter un ensemble de légendes narrées par trois protagonistes (dont deux jeunes adolescents qui n’hésitent pas à remettre en question les idées émises dans certains des contes), à travers diverses scènes reproduites dans un vieux théâtre. Les récits se parents de trame classique tout en permettant de toucher du doigt une culture, un monde qui n’est pas forcément celui que les enfants croisent au détour de leurs aventures via les dessins animés, les livres ou les sorties. Le titre Ivan Tsarévitch et la Princesse changeante, possède un charme fou. Un de ces charmes qui vous rend heureux. Michel Ocelot a ce don pour donner vie à des histoires sublimes dans un écrin classique mais qui sort de l’ordinaire. Du doigt, il touche et emporte vers légende russe, africaine, tibétaine, européenne ou chinoise. Le dépaysement ravit les sens.

Le design employé permet de lier les contes entre eux. Comme leurs narrateurs. Un fil qui offre un moyen d’unifier les horizons tout en leur laissant leur liberté, leur expression, leur essence. Car, chaque légende se présente avec ses spécificités, ses vêtements, ses origines. Le conte se pare d’un magnifique manteau, il est montré avec talent, magie et mille petite pointes qui augmentent la séduction de ses cultures abordées avec douceur, tendresse et un regard qui marque. Les princesses apparaissent loin d’être soumises, loin d’être des faire-valoir, elles sont valeureuses, fortes, tour à tout spectatrice ou héroïne, jamais faible. Le ton de Ocelot semble allier modernité et ancienneté avec une facilité déconcertante. Suivre ses divers récits s’avèrent un réel plaisir. Pour ma part, j’ai été séduite du début à la fin. Et je ne vous parle pas des yeux émerveillés de mes trois enfants, ils sont ressortis de la salle avec un grand sourire et de longues discussions sur La Maitresse de monstres, Le Mousse et sa chatte, L’écolier sorcier ou encore Ivan .

Ivan Tsarevitch et la princesse changeante de Michel Ocelot est un recueil de quatre merveilleux contes avec une morale, une force, une modernité touchantes. Si vous cherchez des étincelles de magie, vous les avez ici réunis. Foncez avec vos 6 ans ou plus. (Ou même sans eux… tellement c’est majestueux et une magnifique réécriture parfois mordante, parfois tendre des légendes de plusieurs pays).

★ Merci à Septième Factory pour cette découverte ★
ivan-tsarevitch-et-la-princesse-changeante
★Ma note:★
★ 9+/10 ★
Coup de coeur

★Informations:★
Date de sortie 28 septembre 2016
Durée: 0h 53min
De Michel Ocelot
Avec acteurs inconnus
Distributeur: Septième Factory
Genre: Animation
Nationalité: Français

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *