[Avis] Il était temps (About Time) de Richard Curtis: un bond dans le coeur

Il était temps possède un atout charme en dehors de son réalisateur Richard Curtis avec son duo d’acteurs: Rachel McAdams et Domhnall Gleeson mais pas que. Leur histoire d’amour romantique à souhait n’est pas uniquement le centre qui rend attachante la comédie. Le film mélange les genres et les thèmes. Il touche du doigt le comédie fantastique avec le voyage dans le temps, la romance avec son héros qui cherche son âme soeur, le drame avec les aléas de la vie. Il se mélange savoureusement pour former un ensemble très plaisant. Attention, j’ai vraiment aimé Il était une fois. Une comédie dramatique charmante avec ses défauts, ses qualités et un coeur gros comme la lune.

Il était temps - Affiche
Il était temps

Synopsis:

À l’âge de 21 ans, Tim Lake découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps… Lors de la nuit d’un énième nouvel an particulièrement raté, le père de Tim apprend à son fils que depuis des générations tous les hommes de la famille maîtrisent le voyage intertemporel. Tim ne peut changer l’histoire, mais a le pouvoir d’interférer dans le cours de sa propre existence, qu’elle soit passée ou à venir… Il décide donc de rendre sa vie meilleure…en se trouvant une amoureuse. Malheureusement les choses s’avèrent plus compliquées que prévu. Tim quitte les côtes de la Cornouailles pour faire un stage de droit à Londres et rencontre la belle et fragile Mary. Alors qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre, un voyage temporel malencontreux va effacer cette rencontre. C’est ainsi qu’au fil de ses innombrables voyages temporels il n’a de cesse de ruser avec le destin afin de la rencontrer pour la première fois, encore et encore, jusqu’à ce qu’il arrive à gagner son coeur. Tim se sert alors de son pouvoir afin de créer les conditions idéales pour la demande en mariage parfaite, pour sauver la cérémonie à venir du discours catastrophique du pire des garçons d’honneur imaginable mais aussi pour épargner à son meilleur ami un désastre professionnel. Mais alors que le cours de sa vie inhabituelle se déroule, Tim découvre que ce don exceptionnel ne lui épargne pas la peine et les chagrins qui sont communs à n’importe quelle autre famille partout ailleurs.

Je suis tombée amoureuse des personnages. J’ai eu un énorme coup de coeur pour le héros principal joué par Domhnall Gleeson. Séduisant, troublant par son côté maladroit, tendre, drôle, sérieux, fidèle. Le jeune homme prend la vie comme elle vient. Il aime son entourage avec ses qualités et ses défauts. Il charme par sa présence, ses répliques, ses actes. Mary interprétée Rachel McAdams (The Vow) est mignonne, adorablement craquante et j’ai craqué sur son attitude, son métier (j’adorerais passer mes journées à lire et choisir des manuscrits pour un éditeur). C’est une illumination. Le duo fonctionne à la perfection. Mon coeur a eu des papillons devant leur amour.

Pour ne rien gâcher les parents de Tim : Bill Nighy et Lindsay Duncan forment un duo détonnant. Le père a une vision de la vie qui laisse songeur. Il a profité de voyages dans le temps pour lire sa bibliothèque idéal, pour profiter de sa famille. La mère semble un brin décalé. Le couple respire la chaleur et la tendresse. Les autres seconds rôles ne laissent pas indifférents le dramaturge (Tom Hollander) , le meilleur ami avocat (Josh McGuire (comme Joshua McGuire)), la soeur foldingue Kit Kat (non pas le petit gâteau au chocolat mais Lydia Wilson) , l’oncle  loufoque (Richard Cordery) ils sont tous pétillants, brillants et charmants à leur manière.

Il était temps - Photo Domhnall Gleeson, Rachel McAdams
Duo lumineux Domhnall Gleeson et Rachel McAdams

Devant Il était temps, j’ai eu un gros sourire, un coeur gonflé, une grosse bouffée de joie, de tristesse, un panel d’émotions tout en couleur. J’ai repensé à des comédies que j’adore comme Coup de foudre à Nothing Hill, Un jour sans fin, Love Actually ou 4 mariages et un enterrementJ’ai repensé à ces moments qui changent tout. A ces instants qui bouleversent le futur d’un battement infime. Le charme repose essentiellement sur la famille Lake, sur Tim, sur son entourage. L’amour transpire par tous les pores. C’est frais, touchant et sacrément bon.

Le voyage dans le temps est un moyen de montrer que la vie possède son lot de contrariétés, de leçons plus ou moins agréables. Le héros ne s’en sert pas pour devenir riche financièrement, pour modifier ses peines. Il sert d’ode à  la famille, de déclaration à ses proches. Alors oui, Tim part dans le passé, il modifie certains événements. Certaines petites incohérences se dévoilent. Pas toujours évident de conserver une logique, ou une explication « plausible ». Et pourtant, il est facile de passer dessus tellement la séduction du moment est présente. Un sentiment de bien-être nait. Le sentiment d’être bien avec ce jeune homme, de suivre son évolution à travers plusieurs années et l’utilisation de son don. Le moyen de voyager est drôle, loin des instruments modernes, un placard, serrons les poings et hop c’est parti.

 

La Dolorean est au placard
La Dolorean est au placard

Il était temps est une histoire d’amour au sens large, un amour de deux êtres qui se rencontrent, un amour de ses amis, un amour de sa famille, un amour de la vie malgré ses peines. Le film donne une leçon d’aimer chaque instant comme si c’était LE plus beau. La réalisation de Richard Curtis montre les relations humaines, les joies et les moments de tristesse. Les conséquences de certaines rencontrent, de certains choix, et les faits qui en découlent permettent de réfléchir. La vie est pleine d’humour, de surprises, de petites attentions inattendues et imparfaite. Le long métrage le prouve. J’ai eu un coup de coeur pour Il était temps pour ses acteurs, pour son amour (mon âme romantique était aux anges), pour son héros au grand coeur, pour les répliques drôles, pour l’émotion à fleur de peau.

Note:

9/10

Plus d’informations:

Sortie: 6 novembre 2013 / Distributeur: / Genre:

Casting: Rachel McAdams, Bill Nighy, Tom Hollander, Domhnall Gleeson, Lydia Wilson, Margot Robbie, Vanessa Kirby, Will Merrick

Réalisateur: Richard Curtis

Merci à Universal pour la projection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *