[Avis] Hobo with shotgun Rutger Hauer en clochard justicier

Rutger Hauer (Hitcher, Balde Runner, Beyond Justice, Ladyhawke, la femme de la nuit… et j’en passe) est un acteur qui m’a marqué. Découvrir Hobo with shotgun me remet en mémoire les frissons que je peux ressentir quand je vois Hauer dans un film. Le comédien réussit à rentrer dans la peau du personnage principal avec un talent indéniable. Le rôle semble tailler pour lui, il donne l’impression de n’exister que pour coller tel une seconde peau à son jeu. Les autres protagonistes ne sont pas en reste, le casting ne possède pas une liste interminable de noms connus et pourtant il a du charme. Toute l’équipe tient en haleine, colle des sueurs froides.

Un clochard fait régner la justice dans une ville grâce à son fusil à pompe.


Hobo with shotgun
procure un spectacle sanglant, des tripes à tout va, des scènes de tuerie qui offrent l’impression de vivre dans un univers parallèle à la réalité. Non, je n’ai pas mangé la moquette avant de m’installer dans mon canapé avec mon DVD. Le style m’a fait penser à Mad Max par moment, allez savoir pourquoi, vu le niveau de meurtres, les costumes dans un sens? le côté post-apocalypse déjanté? ou la musique très années 80 doit y être pour beaucoup dans mon rapprochement, si vous trouvez une autre solution, je suis preneuse. J’avoue que le film repose énormément sur Hauer à mes yeux. Un pur délice de le voir rendre justice à travers la ville. Un autre comédien aurait tenu la tête d’affiche, je ne suis pas sûre que j’aurai autant été immergée dans le film. (et j’aurai probablement abandonné le visionnage). Une scène m’a particulièrement marquée, mais je vous laisse la découvrir, vous verrez un père noël…

Rutger Hauer prête sa peau à un personnage haut en couleur, dans un film politiquement incorrect, satyrique et qui flanque des coups dans le social américain. Les meurtres sont violents, sans concession, les dialogues possèdent eux aussi leur marque loin d’être empreinte de douceur ou de civilité polie. Faut avoir le coeur bien accroché entre les têtes, les brûlures les moments d’attraper la cuvette à vomi sont nombreux. Les effets spéciaux sembleront vieillots par rapport aux actuels, j’ai envie de dire et alors? Ca fait partie du charme de Hobo with shotgun. Vous trouviez Grindhouse un tantinet soft? Regardez Rutger Hauer – *mode fangirl- jouait les justiciers, vous ne verrez plus le gore comme avant. Psychologiquement, photographiquement et scénaristequement, Hobo with Shotgun détonne.

Avertissement: âmes sensibles s’abstenir, l’hémoglobine et la violence sont omniprésentes. A déconseiller au moins de 12 ans, enfin à mon humble avis, vu la dose de sang, l’histoire, Hobo s’adresse plus à un public averti. Hobo with shotgun est très gore, il y a pire diront certains, j’en conviens, prévenons quand même, voulez vous, je suis restée *haut le coeur* sur les enfants au Napalm- chacun ses faiblesses-.

Note: 9/10

Bonus coffret par le DVD :

  • Making of
  • Fin alternative
  • Scènes coupées
  • 2 Bande Annonce
  • Commentaire audio de Jason Eisenher et Rutger Hauer

Date de sortie cinéma : inconnue
Film déjà disponible en DVD depuis le : 5 octobre 2011
Film déjà disponible en Blu-ray depuis le : 5 octobre 2011

Réalisé par Jason Eisener
Avec Rutger Hauer, Molly Dunsworth, Brian Downey

Long-métrage américain , canadien .
Genre : Action
Durée : 01h25min Année de production : 2011

4 commentaires sur “[Avis] Hobo with shotgun Rutger Hauer en clochard justicier

  1. Autant les enfants qui meurent dans un esprit sérieux ça me plait pas (cf L’étrangère, La guerre est déclarée) autant dans un esprit humoristique ça passe sans problèmes. Mais c’est vrai que sur le moment ça m’a surpris qu’ils n’hésitent pas à aller aussi loin.
    Le -12 ans est un peu léger quand même, le CSA devrait un peu plus surveiller les films que pinailler dès qu’on voit un téton ou une marque de soda à la télé…

    1. J’ai mes limites. Les enfants, j’ai vraiment du mal comme les globes oculaires dans un autre domaine. Faut pas croire je suis une petite moop fragile et émotive, un gamin à l’écran je fonds.
      Le -12 le CSA l’a mis? J’ai souvenir de The Prodigies qui a manqué de se prendre un -16 pour moins que ça. (enfin moins il est violent dans son style mais pas au niveau de Hobo). Les pubs, nous vivons dedans malheureusement. Même lors d’une représentation sportive, tu en as à la pelle.

  2. Je suis fan de Rutger Hauer depuis que je l’ai vu dans The Hitcher !
    Je m’attendais pas a mater le film jusqu’au bout,mais sa été l’éclate quand même,
    de l’hémoglobine,des bouts d’chair,un fusil a pompe,et Rutger Hauer,que du bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *