[Avis] Happiness Therapy (Silver Linings Playbook)

La vie réserve parfois quelques surprises…
Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents.
Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme.
Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives.

Mon coup de coeur de fin janvier: Happiness Therapy, est adapté d’un roman de Matthew Quick : The Silver Linings Playbook. L’histoire n’est pas encore sortie en traduction française, si vous lisez l’anglais, lancez vous, je vous conseille vivement sa lecture. Un livre touchant, bien écrit et qui fait tilt droit dans le cœur. L’œuvre de m’a hypnotisée, transportée. J’ai lu le travail de Quick après avoir vu le film de David O. Russell. Les deux se complètent le film est une très belle adaptation.

Le charme de Happiness Therapy repose sur l’interprétation bouleversante, lumineuse de ses acteurs : 3 acteurs sortent du lot à mes yeux.

Bradley Cooper (L’Agence Tous risques, Very Bad Trip…) incarne avec talent un ancien professeur souffrant de troubles bipolaires Pat. Il est déjanté, perdu, un peu loin de son côté séduisant. Je n’ai pas pu m’empêcher de bloquer sur son nez pendant tout le film. L’homme amoureux qui tente désespérement de reconquérir sa femme, se laisse haper doucement par une jeune femme plus jeune, aussi blessée si ce n’est plus que lui par la vie.

Face à lui, Jennifer Lawrence, campe à seulement 22 ans, Tiffany, jeune veuve avec des soucis et offre une performance brillante. Elle apparaît incroyablement talentueuse. J’ai été conquise, elle qui m’avait refroidi dans Hunger games, je suis restée scotchée par sa fraîcheur, son personnage cassé et pourtant si fort. Les deux acteurs forment un duo dynamique et attachant, mon cœur a vibré, il s’est accroché à leur échange. Etrangement, à aucun moment, la différence d’âges choquent, ou attirent des questions. J’ai juste eu un petit hic sur le mariage de la belle. Tiffany et Pat possèdent chacun leur fêlures.

Je suis restée bluffée par Robert De Niro hilarant avec ses tics, très papa mafieux dans ses réactions. La reconversion du papa est à mourir de rire. Le duel avec Jennifer Lawrence s’avère frappant, direct du punch. L’un comme l’autre ont une verbe qui percute. De Niro est convaincant dans son rôle, il donne le sourire en fan de football superstitieux, obsédé par les Philadelphia Eagles.Sa relation avec son fils s’en ressent. C’est comme si le père cherchait un exhutoire à sa tristesse.

Happiness Therapy marque le retour du comédien Chris Tucker (Le 5eme élément), plus vraiment sur le devant de la scène depuis l’échec de Rush Hour 3 en 2007. Son rôle est anecdotique. Il permet de décompresser, sans apporter de réels intérêts à l’avancée de l’histoire. Il offre un désamorçage des sentiments et du drame.

Happiness Therapy traite des thèmes sombres, pas forcément évident à mettre en scène: la maladie mentale (la bipolarité par exemple), la dépression, l’échec amoureux, la dépendance (à des substances comme l’alcool ou une autre personne, les neuroleptiques et le danger qui en découlent, la transformation des sens. le cœur brisé après la perte de son amour. Le pari est osé de parler de chômage, de prostitution et des paris sportifs. Le réalisateur y parvient avec justesse. Les sujets sont sombres, lourds, puissants, ils sont gris, parfois noirs, et pèsent sur la trame de l’histoire tout en se faisant accrocheur comme la vie.

Pour ne rien perde de leur attrait, les images sont accompagnées par une magnifique bande son orchestrée par Danny Elfman. Les morceaux musicaux mixtent du Bob Dylan, Jack White ou Frank Sinatra, un choix judicieux pour appuyer la romance latente des héros. Le sujet m’a plu. Il m’a touchée. Il m’a séduite, comme ses personnages principaux brisés, désirant avancer et trouver une raison de vivre. L’humour des dialogues et des situations (la danse est un moment qui m’a littéralement donné le sourire) allège le rendu.

Oui, les héros crient, ils poussent leurs sentiments, ils ont le cœur à fleur de peau, se protègent avec des mots hauts et forts. Happiness Therapy est une excellente surprise. Sous la forme de la tragi-comédie, l’analyse de notre société moderne se pare d’un visage à la fois légèr comme un nuage et profond. L’histoire est grave et drôle, émouvante et divertissante, romantique mais réaliste. Elle a tout pour séduire, du moins pour ma part. Une superbe romance qui a fait fondre mon cœur de guimauve, sur fond dur, brute, elle apporte une douceur infinie. Je suis ressortie le sourire aux lèvres de la salle, avec une bouffée de bonheur infinie.

Note: 9/10

3Moop raison de Happiness Therapy:

  • Le duo Jennifer Lawrence et Bradley Cooper captivant
  • La danse, la montée n émotion, les sentiments amoureux naissants
  • De Niro et Jennifer Lawrence en face à face

Sortie: 30 janvier 2013/ Distributeur: StudioCanal / Genre: Comédie Dramatique

Casting: Jennifer LawrenceTaylor SchillingRobert De NiroBradley CooperChris Tucker,Dash MihokJohn OrtizJulia StilesShea Whigham

4 commentaires sur “[Avis] Happiness Therapy (Silver Linings Playbook)

    1. @Krokette ce film est un bonheur comme le livre :) Les 2 te donnent une patate d’enfer. Puis j’ai jamais vu une scène aussi tordante et séduisante que la « parodie » de Dirty Dancing (j’en dis pas plus faut la voir pour le croire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *