[Avis] Godzilla (2014) de Gareth Edwards

Samedi a été pour nous une journée Godzilla. Nous avons un faible pour les versions de Ishirô Honda. Nous étions curieuses après la présentation de Warner Bros de découvrir le film dans sa totalité. Nous avons assisté à une projection puis à la rencontre avec son réalisateur Gareth Edwards. Nous avons quitté la salle avec des étoiles dans les yeux.

Godzilla - Affiche

Synopsis:

Godzilla tente de rétablir la paix sur Terre, tandis que les forces de la nature se déchaînent et que l’humanité semble impuissante…

Notre avis:

La version contemporaine de Godzilla est surprenante. Nous allons tenté de vous expliquer pourquoi sans trop en dévoiler. Sans couper le mystère et le charme du long métrage qui sortira en salles françaises le 14 mai 2014. En dehors des images découvertes, il y a quelques semaines, nous n’avons pas regardé un seul teaser ou bande-annonce. Nous partions à l’aventure en dehors des grandes lignes.

Godzilla se présente comme un film lent, délicat, tout en subtilité dans sa violence. Du moins à nos yeux, le récit dévoile au fil des scènes de plus en plus d’informations. Les nombreux clins d’oeils semés un peu partout dans la trame laissent des chemins à suivre pour les fans du monstre, sans dérouter les autres. L’histoire captive. Elle s’installe avec brio, avec un charme excitant, parfois frustrante, mais offrant à l’imaginaire une très belle part.

Le monstre Godzilla est revisitée avec talent. Il apparait comme un Dieu, il subit une humanisation étonnante. Plusieurs parallèles s’installent avec le héros Aaron Taylor-Johnson. Et ce d’une manière surprenante visuellement comme émotionnellement. Gareth Edwards propose une vision du mythe à la manière d’un sauveur. Etonnante, magique, bluffante. Notre déception se pose plus sur les MUTO, ils dégagent un charme inégal face à Godzilla. Et nous n’avons pu nous empêcher de songer à Starship Stroopers en les voyant. Sensation déstabilisante. Le contraste rendu nous a laissé sur notre faim. Les combats s’avèrent sidérants par leur force, leur intensité, tout en possédant une retenue étrange. Peut-être car nous pensions à un côté plus bourrin à la Pacific Rim, moins tactique, moins calme… Et pourtant, la séduction a opéré. Le côté militaire a par instants une impression étouffante sans tomber dans l’américanisme ou le pro-arme, il est juste impossible de le rater. 

Au casting à côté des monstres, nous retrouvons des comédiens comme Elizabeth Olsen, Bryan Cranston, Aaron Johnson, Al Sapienza, David Strathairn, Juliette Binoche, Ken Watanabe, Sally Hawkins, Victor Rasuk. Le plus surprenant, le plus ciblé, a été à nos yeux Aaron Taylor-Johnson. L’acteur présente un physique digne d’un marines avec des muscles à en faire pâlir plus d’un. Mais ce n’est pas son aspect extérieur qui nous a captivé, notre attrait a été pour son personnage, même si un peu plus de développement aurait été savoureux.

Godzilla 2014 offre une étonnante image d’un mythe après 29 films, le 30ème apparaît comme un magnifique tremplin vers de nouveaux horizons, séduisants, puissants et remplis d’effets spéciaux qui ratatinent la rétine sans la pousser dans ses retranchements. Le film a son lot de surprises. Son lot d’émotions. Son lot de secousses, de papillons, de Godzilla et d’intenses scènes. De nombreuses inspirations, un amour indéniable du mythe Godzilla transpirent et se ressentent à travers la pellicule. Godzilla est un régal avec des faiblesses et des qualités touchantes.

Notre note:

8/10

Informations:

Sortie: 14 mai 2014 / Distributeur: Warner Bros France/ Genre: Science-Fiction

Casting: Elizabeth Olsen, Bryan Cranston, Aaron Johnson, Al Sapienza, David Strathairn, Juliette Binoche, Ken Watanabe, Sally Hawkins, Victor Rasuk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *