[Avis] Friends with Kids: parent 100% la moitié du temps

Julie et Jason, meilleurs amis depuis l’université, célibataires et vivant dans le même immeuble de Manhattan, chérissent leur indépendance. Malgré l’exemple chaotique donné par leurs amis devenus parents, ils décident de faire ensemble un enfant, de partager les responsabilités parentales, sans que chacun renonce à sa liberté sentimentale. La «transaction» acceptée, un bébé vient au monde, et tout semble fonctionner. Du moins jusqu’au jour où Jason fait la connaissance d’une danseuse. Se sentant larguée, Julie redouble d’ardeur dans sa recherche de l’âme sœur, qu’elle croit finalement avoir trouvée en la personne d’un séduisant divorcé. Bientôt, les bouleversements sentimentaux mettent en péril l’entente qui lie les deux amis…

Le titre est trompeur, Friends with Kids a deux lectures, deux choix: des amis avec enfants soit une bande de copains ou deux amis qui décident de faire un bébé ensemble. Le point commun reste le postulat que devenir parents pousse à moins voir ses amis. On se referme sur sa bulle, sur son nouveau statut. Des tas de petites choses se modifient dans le quotidien. Les exemples autour de Julie et Jason n’offrent pas un visage très réjouissant: disputes, privation sexuelle… Difficile de passer de 2 à 3.

Les acteurs sont attachants. En particulier le couple maladroit formé par Adam Scott/Jennifer Westfeldt, ça saute aux yeux qu’ils sont fous amoureux l’un de l’autre. D’ailleurs tous les autres protagonistes le savent. Ils sont liés par une histoire longue de 19 ans, sont opposés dans leur caractère, l’un coureur de jupon, l’autre plus coeur tendre romantique. Duo improbable, prévisible, séduisant malgré les petits défauts. J’ai trouvé drôle le côté narcissique dépeint par la réalisatrice actrice Jennifer Westfeldt. Le film se centre principalement sur Julie et Jason. Les autres sont passés à l’as. Dommage, ils auraient pu apporter un regard plus agréable et digne de Friends s’ils avaient eu leur chance. Chris O’Dowd est toujours hilarant (il est divin dans les Saphires), un peu à l’ombre des héros pour mon plus grand désarroi. Jon Hamm qui pête les plombs, surchauffe en plein repas, ça vaut la peine de visionner l’ensemble. Il est d’une classe folle dans sa durite sautée ou dans ses excuses. Amateurs de boobs/seins, Megan Fox répondra à vos attentes, elle apporte une touche déjantée décalée au long métrage, sans passer outrepasser son rôle de postiche qui ne souhaite aucun enfant. Des scènes comiques, romantiques ou limite tristes placent chacun dans un rôle précis. Je suis restée scotchée sur l’appartement parfait sans poussière, sans rien de travers ou sur les nombreux verres de vin mis à l’image. Les défauts, sont oubliés car l’amour qui brille, qui bat du début à la fin, titille l’âme. Julie et Jason se cachent leur sentiment par peur de perdre leur osmose. Ils sont boulets comme les amoureux. Ma partie guimauve a craqué. L’autre a trouvé ça déjà vu et pourtant elle s’en fichait. 

J’ai passé un bon moment, des fous rires, des clins d’oeil à mon côté parent, des clichés. Quelques vérités énoncées sur la parentalité, l’amour et sur l’amitié prêteront à donner le sourire. Friends with Kids est divertissant, il ne restera pas la comédie romantique de l’année cependant. Les répliques sont, je ne sais comment les qualifier, étonnantes. Si un jour on m’avait dit que j’aurai entendu dans une romcom un « Je vais te baiser comme tu ne l’as jamais été! » ou un à  «100%, la moitié du temps».

3 Moop raisons de voir Friends with Kids:

  • la déclaration le soir de l’anniversaire
  • l’occasion de retrouver 4 acteurs de Mes meilleures amies
  • Pour le dîner entre amis

 Note: 7/10

Sortie le 1 er août 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *