[Avis] Five Thirteen de Kader Ayd

Synopsis:

Mike et Tre, deux frères, tentent de rentrer dans le droit chemin. Le premier sort de prison et va tout faire pour protéger sa fille de la violence des rues. Le dernier accepte un dernier contrat avant de raccrocher…

Avis:

Five Thirteen de Kader Ayd est étonnant. Déroutant. Perturbant. Le petit bémol remarquable d’entrée de jeu est le manque de référence temporelle au début. Ca perd légèrement le spectateur. La réalisation offre un panel d’idées qui fusent plus vite que l’éclair. Elles se dégagent à une allure et un nombre important. Trop. Les points soulevés possèdent tous un intérêt. Dommage que toutes les pistes n’aient pas de conclusion. Trop de chemins sont ouverts. Trop de traitements sont proposés: les liens du sang et les actes qui poussent à protéger nos fratries, le casse qui tourne mal, le braquage de banque avec pétage de plombs, le trafique d’organes, l’infiltration policière… De quoi faire plusieurs films condensés en un seul. Les 1H50 ne suffisent pas à tout placer, tout développer. Et pourtant, l’action ne manque pas.

affiche_five_thirteen_kader_ayd

Autre petit point sombre, le nombre de personnages est assez impressionnant. Peut-être trop par moments. Et certains tombent dans la caricature comme EL Loco. Ajoutez par dessus, des dialogues sortant parfois comme un cheveu sur la soupe, c’est déstabilisant pour se situer, rentrer totalement dans le récit. Et nom d’une noisette, je dois faire une fixation, mais j’arrive toujours pas à saisir comment un personnage débarque dans un bureau pour se servir d’un ordinateur sans avoir besoin de mot de passe, de codes d’accès ou autres. Mon cerveau a mis une seconde à ne pas bloquer sur ce fait. Je cherche encore pourquoi l’un des méchants a pu rentrer sans soucis dans le bureau du FBI et consulter les ordinateurs pour voir que son employé était une taupe. Je me perturbe pour des petits détails, des petits riens qui perturbent la crédibilité du récit, me perdent, font naître une tension nerveuse ridicule.
Etrangement, le film captive. Il retient l’attention. La capture, l’emprisonne, la retient en otage, réussissant à pousser la curiosité de connaître tous les pourquoi du comment. Les liens entre chaque protagoniste a su attiser ma curiosité. Les écrins, les portes, les relations se devinent dans quelques scènes donnant l’impression de voir des clins d’oeil à Usual Suspects. Je reste sceptique sur la finalité pour certains personnages. Puis, j’avoue que je m’attendais à plus de violence vu le milieu des trafiquants, plus d’hémoglobine. L’ensemble s’avère assez soft. Même pour les organes prélevés ou les menaces, les âmes sensibles ne risquent pas de se planquer sous le fauteuil. Trop de sous-intrigues tuent le polar, le policier aurait mérité des coupes.
Five Thirteen se montre ambitieux, complexe, trop, il a tendance à se noyer dans son flot de bonnes intentions. Les flash-backs déconcertent plus qu’ils n’aident à la compréhension. Il aurait suffit de petits riens, des ajouts, des suppressions pour accentuer, augmenter la tension, le suspens et offrir un drame d’un très bon acabit. En attendant, l’épopée tragique, surprend, désarçonne.

Note:

6/10

Informations:

Sortie: 11 juin 2014 / Distributeur: UPL Films Distributions/ Genre: Drame, Policier

Casting: Tom Sizemore (Heat, Pearl Harbour), Steven Bauer (Scarface), Gary Dourdan (Les Experts), Malik Barnhardt (8 mile), James Russo (Django Unchained), Danny Trejo (Machete), Taryn Manning (8 mile)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *