[Avis Film] Timbuktu de Abderrahmane Sissako

Synopsis:
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans.
En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques.
Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s’en est pris à GPS, sa vache préférée.
Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs…

Timbuktu - Affiche

Mon avis:
Timbuktu montre à travers des images aux facettes étonnantes, aux touches poétiques, une réalité dure, crue et brute confrontée à des violences, à la propagande occidentale, à l’élévation de la terreur… Mon coeur a trouvé une certaine beauté dans les plans posés à l’écran. Partagée entre la noirceur des événements et du fond, les émotions se serrent devant l’état des lieux mis en avant. Le malaise ne quitte jamais vraiment l’esprit. Il se terre dans un coin. Il s’installe par le biais de ce que Abderrahmane Sissako pose devant nos yeux. Du moins pour moi, la manière de filmer, de suivre les différents protagonistes… couronnée d’une beauté fascinante. La lumière, les décors, tout attire le regard, fascine. De même, la représentation des djihadistes imparfaite capte l’attention et semble vouloir se porter le garant d’une sensibilité humaine qui tente de comprendre le pourquoi du comment. Le camp adverse a des représailles barbares.

Le ton se tend en écho à l’actualité, le désarroi d’une partie de la population africaine face à l’intégrisme islamiste se place sur la pellicule avec force. L’horreur de l’obscurantisme et l’extrémisme religieux sont filmés avec talents. Difficile par moments de soutenir les images, de regarder les faits… Les libertés mises à mal touchent. La musique est interdite, le sport comme le football aussi. Des petits choses de rien qui sont des attaques, des brimades aux quotidiens. Les libertés sont bafouées. La situation retourne l’âme. Comment vivre dans un monde de terreur? La violence et les absurdités brisent les droits des hommes. Le fond grave se pare d’une vision qui évite le patho, montre la réalité sans fard.

Ma note:
8/10

Informations:

  • Date de sortie en salle: 10 décembre 2014
  • Durée: 1h37min
  • Réalisateur: Abderrahmane Sissako
  • Casting: Ibrahim Ahmed dit Pino, Toulou Kiki, Abel Jafri
  • Genre: Drame
  • Nationalité: Français , mauritanien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *