[Avis Film] L’Epreuve de Erik Poppe

Synopsis:Rebecca est une photographe de guerre de renommée internationale. Alors qu’elle est en reportage en Afghanistan pour suivre un groupe de femmes qui préparent un attentat suicide, elle est gravement blessée par l’explosion d’une bombe. De retour chez elle en Irlande, pour se remettre de ce traumatisme, elle doit affronter une autre épreuve. Marcus, son mari et Stéphanie, sa fille ainée de 13 ans, ne supportent plus l’angoisse provoquée par les risques que son métier impose. Rebecca, qui est déchirée entre les souffrances qu’elle fait subir à ses proches et sa passion de photoreporter, doit faire face à un ultimatum : choisir entre son travail et sa famille. Mais peut-on vraiment échapper à sa vocation, aussi dangereuse soit-elle ? Renoncera t-elle à couvrir ces zones de combats, et à sa volonté de dénoncer la tragédie humaine de son époque ?

RECTO L'EPREUVE.indd

Mon avis:
Je suis sortie de la projection mitigée. Mais avec le recul, je reste dans un avis positif. Une claque dans plusieurs sens.
L’idée d’un photographe en territoire de guerre, féminin ouvre une perspective et une vision différente. Pour une fois, c’est l’homme qui reste en retrait. Tous les deux mènent une bataille, chacun à leur manière. Le réalisateur l’amène d’une manière habile, touchante. Je suis troublée car les deux univers de Juliette Binoche (lumineuse viscéralement) comme de sa famille peuvent se comprendre. Eduquer le monde sur les atrocités qui s’y passent, et retenir son souffle de craindre d’un événement funeste, les deux sont remarquablement mis en scène. Et comment un parent peut partir sans presque sourciller loin de ses enfants?

Les mots sont parfois durs. Voir cruels mais ils semblent tellement venir du coeur. Les moments les plus intenses sont ceux entre la mère et la fille Lauryn Canny. Cette dernière est bluffante, sa détresse, ses émotions tout apparaissent comme réel, et marque l’esprit.
La beauté éthérée de la photographie bouleverse les sens. Je regrette des passages longuets, même si au final, ils importent dans le déroulement et le ressenti, ils posent le temps de la réflexion, comme une pause pour souffler avant l’inévitable. Car, le départ de Rebecca se devine dès le début, sa passion, son « acharnement ». Les acteurs sont magnifiques, complémentaires. Nikolaj Coster-Waldau apporte une douceur, un décalage, un amour de la vie et une force surprenante.
L’épreuve pose la question de ce dont un être est capable de laisser derrière lui pour sa passion et ses convictions d’une façon étonnante.

Ma note:
8/10

Informations:

  • Date de sortie: 6 mai 2015
  • Durée: 1h57min
  • Titre original: Tusen ganger god natt
  • Distributeur: Septième Factory
  • Réalisateur: Erik Poppe
  • Avec: Juliette Binoche, Nikolaj Coster-Waldau, Lauryn Canny
  • Genre: Drame
  • Nationalité: Norvégien , irlandais , suédois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *