(Avis Film) Le Dernier Loup de Jean-Jacques Annaud

Synopsis:
1969. Chen Zhen, un jeune étudiant originaire de Pékin, est envoyé en Mongolie-Intérieure afin d’éduquer une tribu de bergers nomades. Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup. Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser. Mais la relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre elle-même – est menacée lorsqu’un représentant régional de l’autorité centrale décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.
Mon avis:

Le Dernier Loup de Jean-Jacques Annaud
Avec le Dernier Loup Jean-Jacques Annaud signe une oeuvre magistrale, aussi bien par son histoire que par ses images. Le coeur vibre du début à la fin. Les paysages montrés possèdent une magie qui touchent du doigt l’âme. Les loups prennent l’affection du spectateur et la conservent jusqu’à la fin. J’ai accroché nettement plus à ce récit qu’au film les Ours. La beauté de la photographie saute quasiment à chaque plan aux yeux, c’est un délice de s’évader sans bouger de son siège, de suivre Chen Zhen dans son aventure avec les loups. Car le très très gros atout du long métrage repose sur ces derniers, les animaux majestueux, magnifiques, captivants, aux regards remplis d’une multitudes de questions.

Les louveteaux sont de merveilleuses boules de poil monstrueusement séductrices et tentatrices. L’envie de les protéger prend aux tripes. D’autant plus quand leur destin funeste se dessine. Les larmes viennent. Les mots se font difficiles. Les frissons montent le long de la colonne. L’attention se porte davantage sur les loups que sur les habitants mongols. Le futur des deux a pourtant des tristes similitudes, ils sont chassés de leur terre. Chacun doit tenter de survivre et s’adapter. Apprendre à vivre ensemble, à cohabiter, à se chasser par obligation. Le ton est captivant.
Le Dernier Loup de Jean-Jacques Annaud deux loups
Attention, mon petit avis de maman, certains moments sont tendus, violents pour les plus petits, vous n’assisterez pas à un récit à la sauce Disney Nature. Les paysans s’avèrent brutaux avec les loups, et ça retourne le coeur. Pour ma part, j’ai eu des ratés, des instants de gros pincements avec les louveteaux et les chevaux. Les petits bouts de choux risquent de mal le prendre, plus sensibles, déjà que pour les adultes c’est pas simple. (Et sans être d’une sensibilité extrême, la situation dénote une part sombre, dure et triste de la vie des animaux en Mongolie). Je conseillerai le Dernier Loup pour les 8 ans et plus.

Au passage, le récit s’inspire du roman Totem de Loup ressorti sous le titre du film Le dernier Loup de Rong Jiang. Il est dans pile à lire. Le livre est disponible aux éditions Livre de Poche au prix de 8,10 euros. Si vous voulez prolonger l’aventure.

Ma note:

9/10

Coup de coeur.

Vu au Gaumont Disney Village

Informations:

  • Date de sortie: 25 février 2015
  • Durée: 1h55min
  • Distributeur: Mars Distribution
  • Réalisateur: Jean-Jacques Annaud
  • Avec: Feng Shaofeng, Shawn Dou, Ankhnyam Ragchaa.
  • Genre: Aventure
  • Nationalité: Français , chinois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *