[Avis Film] Le Dernier Chasseur de Sorcières de Breck Eisner

Mon plaisir coupable d’admirer Vin Diesel a été satisfait. Je regrette juste que la Chasse aux Sorcières se limite dans un carcan. Elle sombre dans des clichés tout en demeurant un divertissement plaisant. Je ne passerai pas tous les petits défauts du film, mais j’avoue avoir eu des moments de tendresse. Oui, de tendresse et de sourire plaisant comme devant Hansel &Gretel ou Dracula Untold.

Synopsis:
Notre monde actuel repose sur un pacte fragile régissant la paix entre humains et sorcières. Ces dernières sont autorisées à vivre secrètement parmi nous tant qu’elles n’ont pas recours à la magie noire. Kaulder, membre de la confrérie de la hache et de la croix qui garantit ce pacte, chasse les sorcières insoumises depuis plus de 800 ans. Mais lorsque l’un des membres de son groupe est assassiné, la guerre est sur le point d’éclater et de faire des rues de New York un véritable champ de bataille.
Le Dernier chasseur de sorcières - Affiche

Vin Diesel immortel chasseur lutte contre le Sabat. Seul pour combattre les sorcières, sa tâche est consignée depuis des siècles par un compagnon nommé Dolan. Le 37ème prend son flambeau dans le sang de son ancien confrère. L’attaque est directe, rapide.

Pourquoi? Pourquoi coller des zombies à toutes les sauces? Pourquoi tomber dans le cliché de la sorcière rousse? (Bon là j’avoue ma faiblesse devant cet atout charme a totalement fondu comme neige au soleil… j’en suis même parvenue à pardonner les erreurs de Rose Leslie dans son interprétation… Un épisode qui ravira les adolescents. Si vous cherchez un film sans prise de tête, qui ne s’imagine pas le meilleur représentant de l’Heroic Fantasy, Le Dernier des Chasseurs de Sorcières a de quoi séduire. Mon coeur a eu des petits ratés dans le lot, j’avoue, entre le côté je surfe sur la vague du young adult, des zombies, des goules, des plans qui me remettent en mémoire Le Labyrinthe, Godzilla, The Walking Dead et d’autres oeuvres, les montages où je m’interroge sur comment le héros a pu se soigner d’une scène à l’autre… j’ai tenu pour Vin Diesel. Dont la première apparition m’a monstrueusement donné envie de revoir la série Vikings (Travis Fimmel en Ragnar je résiste difficilement). D’ailleurs, Vin Diesel en guerrière est assez comment dire? Sexy en diable? Attrayant?

Vin Diesel en Viking!

Vin Diesel à la sauce bourrin, action dure et pure… sans vrai fil au bout. Le fond ne répond à aucune de mes interrogations. J’en demandais peut-être trop? Les ficelles m’ont semblé prévisibles. Malgré le côté j’ai tout deviné, je me suis laissée prendre au jeu… Pour une fois, le héros n’est pas un jeune homme sorti de l’adolescence, il a des muscles et du coffre. Ca pardonnerait presque tout… J’ai bien dit presque.

La sorcière Rousse…

Le récit démarre il y a 800 ans, la Peste Noire menace de détruire l’humanité. Des hommes tentent d’éradiquer la malédiction de la reine des sorcières. (J’avoue avoir pris plaisir à la voir en action, même si son rôle est inégal). Kaulder a tué la Reine et en paie le prix. Les Sorcières vivent en paix avec les humains. Les créatures malégiques sont emprisonnées. Le sujet est digne d’un roman. Il a de quoi attiser la curiosité. La mienne l’est en tout cas. Seulement, le manque d’explications, les falshbacks au côté étranges, ressortent comme des rêves perdus. Paradoxalement, les meilleurs images reposent sur cet axe. Lumineuse et effroyable. L’origine du Mal aurait pu être nettement plus attirante, traitée autrement. Visuellement, le film semble souffrir d’un assemblage désarticulé. Parfois, je me suis demandée si les effets spéciaux ne nuisaient pas plus que d’accentuer la beauté de la photographie. Certains plans sont superbes, d’autres possèdent une noirceur telle qu’elle noie l’action. Du moins à mon sens, et allonge le temps. Je suis restée scotcher à la beauté du moment, aux effets, aux rendus complets dans le bar. Mes yeux sont tombés amoureux. Un vrai mystère de réussir un long métrage aussi déroutant visuellement. Les créatures sont magnifiques dans un sens, la Reine notamment.

L’association entre Vin Diesel chasseur immortel solitaire et de Rose Leslie flamboyante sorcière contemporaine détonne. L’alchimie du duo attise le feu, l’attention est retenue. A vrai dire, je crois bien qu’une très grosse partie de mon divertissement a été de les voir s’activer. Comme celui de profiter de la présence de Michael Caine. Non, je ne vous parlerai pas d’Elijah Wood… Non… Non…

Le Dernier Chasseur de Sorcières de Breck Eisner se regarde comme une comédie d’action qui ne se prend pas au sérieux, une série B avec des clichés qui lorgnent vers ses grands frères et soeurs, un spectacle avec des événements surnaturels qui parleront aux adolescents. Au final, j’ai pas accroché à la totalité, mais je n’ai pas non plus détesté… Vin Diesel et Rose Leslie m’ont eu… (J’ai toujours du mal à me sortir 16 Lunes du crâne après l’avoir vu… je souris encore du look des gardiens… je vous laisse le découvrir… vous comprendrez peut-être mon parallèle).

PS/ Fast & Furious a un clin d’oeil quasi inratable pour les fans…

PS2/ Cette affiche me fait penser à Blade… pas vous?

Ma note:
7/10

Informations:
Titre vo: The Last Witch Hunter
Date de sortie: 28 octobre 2015
Durée: 1h47min
Réalisateur: Breck Eisner
Distributeur: SND
Avec Vin Diesel, Rose Leslie, Elijah Wood
Genre: Fantastique , Action
Nationalité: Américain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *