[Avis Film] Jurassic World de Colin Trevorrow

Jurassic Park m’avait marqué lors de sa sortie. L’adaptation du livre de Michael Crichton était un vrai délice pour les amateurs de dinosaures. J’étais curieuse de découvrir le quatrième volet Jurassic World. Je n’attendais pas vraiment une oeuvre aussi bluffante que le premier. Et j’ai été très agréablement surprise au final par la réalisation de Colin Trevorrow. De nombreux clins d’oeils parsèment le film, gardez l’oeil ouvert. Ceux qui n’ont jamais vu Jurassic Park de Steven Spielberg ne seront pas laissés de côté. Des années après l’ouverture du parc de dinosaures (au niveau des noms vous m’excuserez je ne suis pas au niveau de mes experts de Moopys du haut de leur 8 et 10 ans ils sauraient vous dire qui et qui, moi en dehors de 5 ou 6, je suis perdue) un nouveau ouvre ses portes. Une nouvelle génération en a pris possession aussi bien dans les T-Rex, Raptor et autres que dans les hommes. L’équipe a changé. Je me suis retrouvée avec un plaisir immense d’avoir des années en moins, de redécouvrir la magie d’un divertissement impressionnant. Les dinosaures prennent vie sous nos yeux avec talents.

Synopsis:
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

Mon avis:
Le scénario a des petits ratés. Oui, il demeure imparfait. Mais nom d’une noisette, le spectacle installé sur la pellicule est un pur moment de bonheur en barre régressif. Les années s’effacent et les yeux en prennent pleins les mirettes. La magie s’installe, magnifique, bluffante, bouleversante. La réalisation est dynamique, intéressante, sans gros temps morts. L’action entraîne dans son sillage. L’esprit cherche qui sera la victime du méchant dinosaure ou humain. J’ai même eu tort. J’aurai parié sur certains morts, j’aurai complètement raté mon coup. Des points auraient pu être accentué comme le désir parfois limite malsain de l’homme a toujours vouloir plus d’argent, de profit, à chercher à dominer ce qui n’est pas de son ressort, à jouer les apprentis savants sans se soucier des conséquences. Par instants, j’ai songé à la Mouche et aux conséquences. Le ton se voile d’un son plus léger, plus mordant. Les dinosaures captent l’attention et la gardent. Ils sont somptueux. Mon coeur a cédé devant les Raptors. Déjà dans Jurassic Park ils étaient pour moi les rois. Ici, ils gagnent encore plus leur galon à mes yeux. Je ne vous en dirais pas plus, vous découvrirez pourquoi et comment. L’intrigue frappe dans le simple, ça fonctionne. Très bien même pour ma part. La fable écologique prend une tournure étrangement proche de la réalité.

Jurassic World - Affiche-Chris Pratt

Dans le casting, certains comédiens tirent davantage leurs épingles du jeu. J’ai eu un gros coup de coeur pour l’actrice Bryce Dallas Howard, qui interprète Claire Dearing. Chris Pratt, qui joue Owen Grady, a su m’étonner. (Petit coup de chaud, par son humour, ses réparties…puis son rôle auprès des dinosaures… je suis sous le charme avec un grand C.) Le duo fonctionne quasiment à la perfection. En dehors de quelques petits trucs qui collent pas. (Une scène précise m’a semblé totalement décalé, fausse et m’a fait tiqué… mais elle se noie dans le flux). Les répliques échangés apportent un peps, des étincelles qui se savourent comme une petite douceur.
Les deux jeunes frères, neveux de l’héroïne: Nick Robinson (Zach Mitchell)et Ty Simpkins (Gray Mitchell) possèdent un charme attachant. Ils forment deux frères qui se cherchent, se taquinent, sont différents mais s’aiment malgré les tacles. (Comme les vrais fratries j’aurai envie de dire dans un sens). Omar sy m’a fait sourire. Sérieusement. Je suis curieuse de voir comment ses dialogues en français seront en VF. Vincent D’Onofrio est LE plaisir coupable. Le personnage que l’on prend plaisir à aimer ou détester.

Jurassic World - Photo Bryce Dallas Howard, Chris Pratt, Omar Sy, Vincent D'Onofrio

Jurassic World s’avère un film surprenant qui m’a donné pendant deux heures des frissons. Je suis ressortie émerveillée de la salle. Visuellement les dinosaures sont à couper le souffle et la très belle réussite du long métrage. Le volet signe un tournant drôle, bourré d’action, avec des qualités qui poussent à avoir envie de retrouver mes tendres années. De partir rêver de T-Rex. Les moments improbables s’effacent presque face aux instants magiques. Juste un mot: merci!!!

Remerciements à Universal Pictures International France pour la projection.

Ma note:
8,5/10

Informations:
Date de sortie 10 juin 2015
Durée: 2h5min
Réalisateur: Colin Trevorrow
Casting: Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Nick Robinson, Omar Sy, Judy Greer, B.D. Wong, Jake M. Johnson, Katie McGrath, Lauren Lapkus, Vincent D’Onofrio.
Genre Aventure , Action , Science fiction
Nationalité Américain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *