[Avis Film] Crimson Peak de Guillermo Del Toro

Crimson Peak offre à la maison hantée des belles lettres de noblesse. Amateurs de fantômes, de frissons et de conte gothique, le film de Guillermo Del Toro devrait vous ravir. J’avoue avoir été séduite par sa photographie, le scénario lui demeure classique dans sa trame.

Synopsis:
Interdit aux moins de 12 ans
Au début du siècle dernier, Edith Cushing, une jeune romancière en herbe, vit avec son père Carter Cushing à Buffalo, dans l’État de New York. La jeune femme est hantée, au sens propre, par la mort de sa mère. Elle possède le don de communiquer avec les âmes des défunts et reçoit un étrange message de l’au-delà : « Prends garde à Crimson Peak ». Une marginale dans la bonne société de la ville de par sa fâcheuse « imagination », Edith est tiraillée entre deux prétendants: son ami d’enfance et le docteur Alan McMichael.

Affiche Crimson Peak

Peut-être trop pour avoir marqué mon coeur. Ajouter par-dessus, que j’ai vu venir le mystère de loin entre les protagonistes. La surprise n’a pas été au rendez-vous pour ma part. L’intrigue avait perdu sa superbe dès le début. Comment? Je n’en sais rien. Question de feeling ou d’intuition. J’ai deviné sans mal les liens des uns des autres protagonistes. Pourtant, je me suis laissée emporter dans le conte gothique posé sous mes yeux. J’ai été submergée par la beauté des images. Le soucis des détails attirent le regard. Le moindre rideau, meuble, costume, lieu de vie prend une tournure réaliste, presque palpable. Le rendu s’avère très plaisant pour les yeux. Un véritable chef d’oeuvre. L’impression de plonger dans un autre temps, dans une vague d’une autre époque, comme si nous étions spectateurs d’une histoire à nous faire frissonner. Je regrette simplement que l’apparence ne soit pas en adéquation avec la trame. Les scènes angoissantes possèdent un charme visuel à tomber. Les nerfs sont mis à durs épreuve.

Je suis tombée sous le charme des trois acteurs principaux. Ils sont brillants. Mention spéciale à l’incroyable Mia Wasikowska, qui interprète Edith Cushing, elle joue la douceur incarnée. Tendre, intelligente, elle voit les fantômes. La candeur par excellence, elle séduit par sa fraîcheur. Elle est lumineuse. Peut-être trop. Ange perdu dans les ténèbres portant divinement les costumes du XIXeme siècle. Face à elle, avec son côté plus sombre, plus en retrait, Jessica Chastain, apparaît en Lady Lucille Sharpe, surprenante, elle captive par son aura pas franchement tendre ni adorable. J’ai eu des frissons dans la colonne avec son personnage. A mes yeux c’est un démon sur pieds, enfermé dans un carcan… Dès le premier regard, elle m’a déplu. Froide et cruelle. Inquiétante, la brune est au centre du mystère qui colle à la demeure Sharpe. Entre les deux femmes, Tom Hiddleston, joue Sir Thomas Sharpe, gentleman qui semble entre deux eaux, en quête de quelque chose. Les nuances de son caractère se dévoile petit à petit. Le coeur se sert face à ce trio. Le malaise troublant face à des relations étonnantes… (la surprise peut-être totale et retourné comme une crêpe si vous ne l’avez pas vu venir…)

L’épouvante, le drame s’installe rapidement. La romance se teinte de peur, d’épouvante, de secret. Des secrets horribles, terribles…portés par une photographie sublime, réellement somptueuse dans ses nuances. L’ange et le démon s’accentue avec ses colorations de rouge… Je suis tombée amoureuse de cette ambiance mi-angoissante mi-attirante. Je suis triste de ne pas avoir plus longtemps Charlie Hunnam à l’écran. (Bon, j’ai un faible pour cet acteur depuis Sons of Anarchy, vous m’en voudrez pas…)

L’ombre dans ce très beau tableau repose en un mot: scénario. Prévisible. Inattendu. Au final, je suis restée sur ma faim. L’épouvante se pare d’un écrin proche de la perfection, il lui manque cette étincelle dans le traitement de fond qui l’aurait fait passé d’une enveloppe délicieuse à un ensemble magique lugubre à souhait. L’imaginaire s’attend à des nombreuses beautés sous ce contenant beau à tomber, il se prive d’une part de son inventivité et reste aux abords sans aller trop loin. Dommage. Puis, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la tension dans La Dame en Noir. Il m’a manqué ce côté pour craquer totalement. Sans parler, des apparitions gores qui parfois tombent étrangement…

Crimson Peak est idéal pour frissonner doucement, trembler d’émotions et tomber amoureux de l’ambiance gothique à quelques jours d’Halloween. Il arrive à troubler, à secouer et à faire naître un panel d’émotions… A savourer visuellement sans hésiter.
Ma note:
7/10

Informations:

Réalisateur: Guillermo del Toro
Casting: Mia Wasikowska, Jessica Chastain, Tom Hiddleston, Charlie Hunnam, Jim Beaver, Burn Gorman, Leslie Hope, Doug Jones…
Long-métrage Américain
Durée: 01h59mn
Année de production: 2015
Distributeur: Universal Pictures International France
Date de sortie sur les écrans américains : 16 octobre 2015
Date de sortie sur nos écrans : 14 octobre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *