[Avis Film] Chala, une enfance cubaine de Ernesto Daranas

Synopsis: Chala, jeune cubain, malin et débrouillard, est livré à lui-même. Elevé par une mère défaillante qui lui témoigne peu d’amour,il prend soin d’elle et assume le foyer. Il rapporte de l’argent en élevant des chiens de combat. Ce serait un voyou des rues sans la protection de Carmela, son institutrice, et ses sentiments naissants pour sa camarade Yeni…

Chala, une enfance cubaine - Affiche

Mon avis:
Chala, est un jeune élève cubain, interprété par l’excellent Armando Valdes Freire. Le garçon illumine littéralement l’écran par sa présence. Il joue un héros qui tient les cordons de la bourse de son foyer composé de sa mère alcoolique, droguée et lui. Le récit pose un regard sur cet enfant obligé de s’occuper de sa mère, de se débrouiller pour payer les factures, mettre du pain sur la table et encaisser les pots cassés. Le cœur se serre, il est malmené, se prend d’une infinie tendresse pour ce jeune Chala.

Plongé dans un océan de pauvreté, il loue ses services comme dogsitting de chien de combat, et élève des pigeons. Dans la noirceur de son quotidien, son rayon de soleil vient de sa scolarité. Ses conditions de vie sont loin d’être favorables, optimales pour lui offrir toutes les chances de réussir à sortir des bas quartiers. Beaucouop aimeraient le voir en placer ne foyer, mais pas son institutrice Carmela. Femme de plus de cinquante ans, au charme de la vieille école, tenace, elle prend sous vie sous les traits de la magnifique Alina Rodriguez. La seule qui tient tête à la société, aux éducatrices, au gouvernement, elle aime son métier, aime aider ses élèves. Pour elle, Chala n’est pas un délinquant, il fait tout son possible pour vivre et survivre. Carmela incarne un visage fort, prenant, captivant, autoritaire, mais teintée d’amour et de respect. C’est la chance de Chala, son pilier. Il y a aussi le doux sourire de la jeune Raquel. Elle entraîne avec elle les premiers émois amoureux. Ce petit passage léger, lourd et intense à la fois.

Ici, nul quartier touristique, nulle façade douce, les élèves n’ont pas une vie simple. Chala n’est pas le seul à connaître la Havane dans sa part misérable, pauvre, délabrés. Certains de ses camarades de classe sont comme lui, néanmoins ils possèdent une soif d’apprendre, une joie de vivre communicative. Tous les moyens sont bons pour quitter leur conditions. Chala marque, son parcours prend aux tripes. Les bonnes et mauvaises rencontres se succèdent, apportent leur lot d’émotions dans leur sillage.

Chala, une enfance cubaine est une pépite pour toucher du doigt l’éducation à Cuba, sa raideur, ses obstacles, ses idées et ses chances d’avoir sur sa route une personne qui croit en vous et ne cède pas. Ne rater pas ce petit bijou, ce coup de cœur mérite sincèrement d’être découvert. Foncez en salles pour le découvrir.

Ma note:
9,5/10

Informations:
Date de sortie: 23 mars 2016
Titre original: Conducta
Distributeur Bodega Films
Durée: 1h 48min
De Ernesto Daranas
Avec: Armando Valdes Freire, Alina Rodriguez, Silvia Aguila
Genre: Comédie dramatique
Nationalité: Cubain

1 commentaire sur “[Avis Film] Chala, une enfance cubaine de Ernesto Daranas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *