[Avis Film] Ce sentiment de l’été de Mikhaël Hers

Un nouveau coup de coeur pour une sortie de 2016. Je vais essayer de vous poser pourquoi j’ai eu le coeur en vrac, un tourbillon d’émotions pour Ce sentiment de l’été… Au début, la vie pétille, le jour se lève doucement. Nous rencontrons Sasha (Stéphanie Daub-Laurent) la compagne de Lawrence (Anders Danielsen Lie). Tout paraît paisible. Puis survient le décès subit de la jeune femme.

Synopsis: Au milieu de l’été, Sasha, 30 ans, décède soudainement. Alors qu’ils se connaissent peu, son compagnon Lawrence et sa sœur Zoé se rapprochent. Ils partagent comme ils peuvent la peine et le poids de l’absence, entre Berlin, Paris et New York. Trois étés, trois villes, le temps de leur retour à la lumière, portés par le souvenir de celle qu’ils ont aimée.

Ce sentiment de l'été - Affiche
Mon avis:

J’ai eu une boule de sensations, une floppée de sentiments qui se sont entrechoqués dans mon coeur. Dès le premier pas, Mikhaël Hers a posé une histoire qui a su me retenir. Le récit est parvenu à instaurer un ton doux, délicat, comme un nuage, il a pris plusieurs visages, ténébreux, gris et éclairci. Il installe le chemin de la reconstruction après un deuil. Les étapes se posent en chapitre. Le regard se porte sur deux des proches de Sasha: Lawrence et sa soeur (Judith Chemla). Deux personnalités opposés, l’un plus en retrait que l’autre. Complémentaires et aux antipodes en même temps.

Ce sentiment de l'ete - Photo Judith Chemla

Je suis tombée sous le charme de ces non-dits, de toutes ces petites touchées colorées dans une nuance de palettes loin de couleurs criardes, parfaites pour accompagner le sujet. L’idée de trois chapitres appuient sur le chemin de la perte d’un enfant, d’une soeur, d’une amante. Ils ponctuent les phases qui suivent la mort, l’adieu, l’acceptation et l’après. Le film place ses petites pièces nécessaires pour avancer, pour se redresser après le deuil d’un être cher.

Le réalisateur a réussi à toucher doucement gracieusement avec une certaine tendresse pour ses personnages le délicat thème de la mort. Comment survivre à un être aimé? Comment accepter de rester en vie sans son enfant? Sans son amour? Sans sa soeur? J’ai aimé cette dualité entre Zoé et Lawrence. Cette héroïne pétillante, un peu décalée face à ce héros silencieux. tous les deux sont magnifiques, touchants à souhaits. Ils reflètent tous les deux cette force qu’il faut avoir pour continuer après le deuil. Comment le quotidien est bouleversé, comment tous ces petits gestes, ces petits points rappellent en mémoire la soeur et l’amour perdus.

Sous ses airs simples, Ce sentiment de l’été est parvenu à me faire craquer. J’ai suivi cette reconstruction, cette leçon de vie, ces sourires qui s’effacent et apprennent petit à petit à revenir. Plus rien ne sera jamais pareil, mais il faut avancer, continuer. Changer de vie, déménager, songer à aimer, à se lâcher de nouveau dans les bras de quelqu’un d’autre. Difficile de devoir dire adieu, d’accepter de désaimer la personne disparue. Le parcours transporte, fait réfléchir. Donnant l’impression d’être un moyen de panser les plaies, de dire qu’être le survivant, celui qui reste ne signifie pas devoir arrêter sa route.

Ce sentiment cet été là s’avère un film touchant, délicat sur le deuil, bouleversant porté par un casting émouvant.

Ma note:
9/10
Coup de coeur


Informations:
Date de sortie 17 février 2016
Durée: 1h 46min
De Mikhaël Hers
Distributeur: Pyramide Distribution
Avec Anders Danielsen Lie, Judith Chemla, Marie Rivière
Genre Drame
Nationalités Français, Allemand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *