[Avis Film] Avril et le monde truqué de Franck Ekinci, Christian Desmares

Avril et le monde truqué de Franck Ekinci, Christian Desmares a su conquérir mon coeur. Il a fait battre des papillons, des rêves et des étoiles. Il a donné vie à un merveilleux conte écologique. L’idée folle, originale, un peu décalé d’un monde où Napoléon n’aurait pas eu la fin que nous connaissons. Un monde où son descendant Napoléon V tient la France dans ses mains. Un monde où tout est différent. Un monde truqué.
Avril et le monde truqué - Affiche

Synopsis:
1941. Le monde est radicalement différent de celui décrit par l’Histoire habituelle. Napoléon V règne sur la France, où, comme partout sur le globe, depuis 70 ans, les savants disparaissent mystérieusement, privant l’humanité d’inventions capitales. Ignorant notamment radio, télévision, électricité, aviation, moteur à explosion, cet univers est enlisé dans une technologie dépassée, comme endormi dans un savoir du XIXème siècle, gouverné par le charbon et la vapeur.
C’est dans ce monde étrange qu’une jeune fille, Avril, part à la recherche de ses parents, scientifiques disparus, en compagnie de Darwin, son chat parlant, et de Julius, jeune gredin des rues. Ce trio devra affronter les dangers et les mystères de ce Monde Truqué. Qui enlève les savants depuis des décennies ? Dans quel sinistre but ?

Que vous dire? Que ce film est un petit bijou dans un joli écrin? Que c’est une petite bombe qui mériterait d’être grande grande grande? Que le ton s’avère captivant, prenant? Que toute la trame a réussi à me surprendre? Que le scénario est magnifiquement écrit? Que les dessins portent à la perfection les idées posées sur la pellicule? Avril et le monde truqué de Franck Ekinci, Christian Desmares a de multiples attraits entre son histoire, ses personnages, ses clins d’oeil, ses graphismes.

Avril et son grand-père

Avril et le monde truqué de Franck Ekinci, Christian Desmares pose un univers en guerre, sans nature ou très peu, sombre, triste, parfois effrayant. D’ailleurs, les plus petits n’auront pas la même vision, ni le même ressenti. Certaines scènes sont un peu tendues pour les moins de 10 ans. Au niveau des sentiments, ils risquent d’avoir une petite boule dans la gorge. (Bon en même temps, moi j’ai largement dépassé cet âge et je l’ai eu… donc… tout dépend de son petit coeur).

Avril porte sur ses épaules toute l’aventure. Elle entraîne le spectateur dans sa quête. Le duo avec son chat Darwin (j’adore son nom) est un pur délire plaisant, qui a su emporter un lot d’émotions du sourire aux larmes. J’ai eu une poussière monstrueuse dans les yeux. J’ai eu envie de les aimer, de les soutenir tous les deux. Ils m’ont transporté dans leur univers sans modernité coincé au 19eme siècle avec les machines à vapeur. Ils m’ont fait tremblé, ils m’ont fait frissonné. Ils m’ont offert un des spectacles les plus aboutit de ces derniers mois. Et c’est sans compter sur les personnages qui gravitent autour d’eux. Les interactions entre les protagonistes, les pointes d’humour dans la noirceur, les inventions, les pistes, l’intrigue, forment un ensemble complexe, attachant, surprenant, délicieux. Les hommages qui ponctuent le film accentuent son aspect juste superbe. Mon coeur de lectrice a été transporté dans ses moments d’enfance entre découvertes des contes et de Jules Verne. Je m’attendais presque à le voir s’asseoir à côté de moi dans la salle. (Oui je sais totalement improbable).

Avril et Darwin

Pour ne rien gâcher et compléter l’aventure intelligente, une grosse partie des émotions se transmet à travers son casting voix: Marion Catillard, Marc-André Grondin, Jean Rochefort, Philippe Katrine. Mon coeur a eu des ratés rien que pour le côté nostalgique d’entendre Jean Rochefort. Ma madeleine de mon enfance. Ce petit bonheur intense. Ce sourire aux lèvres rien qu’à l’écouter.

J’ai été séduite par l’ensemble. Un panel de petites choses qui cumulaient ont su me faire craquer. Un mélange savoureux, décalé d’un univers truqué, une pointe d’ironie, une pointe d’écologie, une pointe de steampunk, le regard de Tardi au loin, Avril se dévore, s’admire, et se laisse consommer doucement comme un petit bonbon acidulé. Un peu magique, un peu irréel.

A noter, le film sera projeté en ouverture de Mon Premier Festival, si vous en avez l’occasion foncez!!!

Ma note:
9/10
Coup de coeur

Informations:
Date de sortie: 4 novembre 2015
Durée: 1h45min
Réalisateurs: Franck Ekinci, Christian Desmares
Distributeur: StudioCanal
Avec: Marion Cotillard, Philippe Katerine, Jean Rochefort
Genre Animation
Nationalité Français
Public: 7 ans (attention des petits moments peuvent effrayer).

4 commentaires sur “[Avis Film] Avril et le monde truqué de Franck Ekinci, Christian Desmares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *