[Avis] Extrêmement fort et incroyablement près de Stephen Daldry

Extrêmement fort et incroyablement près est une adaptation du roman de Jonathan Safran Foer. Préparez vous à sortir votre boîte de mouchoirs, le sujet met la larme à l’oeil. L’histoire se pose sur la vie après le 11 septembre et plus particulièrement sur la vie d’un enfant d’une dizaine d’années Oskar Shell incarné par Thomas Horn.

Quel est le mystère que m'a laissé Thomas?

Une très grosse partie du charme de l’oeuvre de Stephen Daldry (Billy Elliot) tient dans la performance de Thomas Horn époustouflant et perturbant. L’acteur est le centre du film. Il porte sur ses épaules toute la tristesse du jour d’après. J’ai été touchée aux larmes par ce petit garçon tentant de survivre sans son père. La perturbation du quotidien est palpable, le cheminement du deuil s’installe, tout se dévoile à travers le périple de la quête des Black et les tics du personnage principal. Le pire jour a complétement amplifié les symptômes d’Oskar prodige avec ses manies. Les attitudes renforcent le drame qui se joue intérieurement dans le coeur de l’enfant. Une envie soudaine de lui retirer toute sa peine, de le soulager m’a prise. J’ai eu envie de le soutenir. Même si je me suis surprise à trouver certains passages incompréhensibles pour mon coeur de maman. La traversée de New-York seul pour frapper aux portes d’inconnus a un côté qui est effrayant.

Tom Hanks et Sandra Bullock 2 pendants d'une vie

Autour d’Oskar gravitent plusieurs êtres importants. Dans le rôle des parents Tom Hanks ( Thomas Shell) se montre plus en retrait comme Sandra Bullock (Linda Shell) épatante en mère. Si je vous dis que Sandra, je la trouve craquante depuis Speed, vous me croyez? Je l’aime même dans ses rôles limites nanaresques comme Miss Détective. C’est une de mes actrices favorites pour un côté que je ne saurai expliquer. Dans extrêmement fort et incroyablement près, elle m’a étonnée. Bullock renferme en elle tant de peine, elle se renferme pour survivre. La perte de l’amour de sa vie est dure. La survie sans lui pour leur enfant est un combat. Un mur se forme dans un sens entre Oskar et Linda. Hanks et Bullock sont incroyablement réalistes. Chacun dans leur style aime Oskar. Thomas veut l’aider à dépasser ses limites (syndrome d’Asperger ). Linda s’efface face à cette relation, seulement la mort la pousse dans un autre versant de son amour pour son fils. Dépasser sa douleur pour élever la chair de leur chair. J’ai eu le coeur serré dans les échanges entre Oskar et Linda, les mots sont parfois très durs. J’ai eu un pincement en me demandant comment je réagirais si un de mes enfants réagissait ainsi.

Quel est le secret nébuleux du Locataire?

Le locataire joué par Max von Sydow contrebalance l’énergie du jeune enfant. Sous ses allures rudes, l’hommemuet cache un passé torturé et un secret. Au fil des minutes, nous entrons dans une porte de la famille Shell pour ne plus en sortir. Comme si une énigme familiale prenait vie et voyait une partie de son dénouement. A aucun moment le nom du locataire sera énoncé à vive voix comme si le prononcer aboutirait à un drame. J’ai trouvé plusieurs moments très intenses. Le répondeur lie et marque une passerelle: à la fois réconfort et rappel de son malaise d’être un survivant. Ecoutez les derniers mots de son père est comme une épée de Damoclès qu’Oskar s’inflige, telle une punition.

J’ai été littéralement subjugué par l’aventure centrée sur le jeune héros. J’ai vibré, j’ai pleuré. Quelque part, perdue dans ma poursuite du mystère de la clé avec Oskar, je n’ai pas vu venir le dénouement. Les détracteurs qui crieront aux tires larmes, pour moi, Oskar propose une vision d’un enfant qui a perdu l’être qu’il aimait le plus. La musique, les images et le scénario accompagnent le spectateur. La tristesse s’empare de nous public. Seulement voyons au delà du deuil, l’après, la survie et l’au-revoir. Oskar souhaite garder à son maximum les 8 minutes avec Thomas. Dans sa course, il s’ouvre aux autres, découvre des personnes. Le film a trouvé un place dans mon âme. Il s’est frayé un chemin doux, tendre et émouvant. Comment peut-on survire à un drame quand on a 11 ans? Comment peut-on avancer après un deuil comme le 11 septembre?

Note: :XO:9/10

3 Moop raisons de voir Extrêmement fort et incroyablement près:

Thomas Horn futur acteur en devenir à surveiller, magnifique en Oskar

Max von Sydow réussit à exprimer bien des mots sans en prononcer un seul

Deuil bouleversant et touchant vu par un enfant

3 Moop raisons de fuir Extrêmement fort et incroyablement près:

Pour pleurer, j’ai rarement eu plus émouvant comme film sur la perte d’un être cher

Pas assez de Tom Hanks et Sandra Bullock

Sujet triste, allergique aux drames, passez votre chemin!

6 commentaires sur “[Avis] Extrêmement fort et incroyablement près de Stephen Daldry

  1. Bof. Bof bof bof. Von Sydow sauve les meubles, mais au contraire je trouve que Bullock plombe le film, elle incarne à elle seule le prlbème du fim, l’excès de pathos.

    1. @Tred oui je revois souvent les films que j’ai aimé en DVD ^^ il m’arrive de changer d’avis. Preuve, je m’écroule devant le Choc des Titans, je suis curieuse de voir le 2. Après une longue journée, le fond d’un coup de coeur me donne le sourire. Dernièrement c’est Red qui m’a fait l’effet smile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *