[Avis en série] Secrets of Lies

Certains sujets sont dans ma liste « j’évite ». Les histoires se basant sur les crimes d’enfants en font partie. Je n’ai pourtant pas su résister à la mini-série australienne Secrets and Lies. Je me suis laissée embarquer dans le récit de ce thriller palpitant. J’ai mis du temps à écrire mon ressenti. Je suis ressortie des six épisodes avec un léger malaise au creux de la colonne. Vous savez cette sensation étrange devant une personne? Vous avez des âmes dont vous sentez d’emblée le côté malsain et d’autres vous vous laissez séduire par leur apparence trompeuse? Secrets of Lies n’y échappe pas. Seulement, le chemin est tortueux, troublant et perturbant.


Autant vous dire tout de suite, je n’ai pas accroché à Broadchurch. Je retenterai peut-être un jour. Là, je vais m’abstenir. Les premiers visionnages m’ont vidé émotionnellement. Et je ressors de ma série australienne avec une infinie tristesse pour la victime. Le format mini a permis de me poser, de respirer entre deux morceaux. Le côté glauque prend aux tripes.

Le gros atout de Secrets of Lies repose sur Ben Gundelach, interprété par Martin Henderson (Coup de foudre à Bollywood, The Red road). Le comédien déroute par ses choix, ses idées. Il semble être pris dans un tourbillon d’événements. Pas toujours simple, et les révélations autour de sa vie réussissent à surprendre. Je n’avais pas vu le coup venir. Pas du tout. Le quotidien du quadragénaire se retrouve à la une de tout le quartier. Le peintre en bâtiment peine à trouver des clients. Difficile de ne pas douter de son rôle dans la découverte macabre. Difficile de ne pas s’interroger sur ses attentions. Difficile de ne pas le voir coupable. Du moins, au début, petit à petit, le suspens se lève et les questions ont quelques réponses. J’aurai du me laisser porter par mon intuition. J’avais le coupable dès sa première apparition. Son attitude m’avait troublée, dérangée et interpellée. Je ne pensais pas avoir mis le doigt dessus.

L’enquête s’avère prenante, avec des rebondissements, des secrets levés sur les voisins. Les yeux piquent sous les larmes, les émotions. Dommage que le rythme soit inégal. La descente aux enfers de Ben est fascinante. Elle attise la curisioté, un peu morbide de connaître le fin de l’histoire, de voir jusqu’au l’humanité est capable d’aller… Les faits se montrent sous une photographie décalée, colorée comme si elle voulait se poser entre deux mondes, deux temps.
Le dénouement final m’a glacée. Littéralement. Malgré ses pointes lentes dans sa narration, (nécessaires pour souffler et assimiler les trouvailles de la police, de Ben, de l’entourage, les vérités, les gestes…), Secrets of Lies se dévore. Les comédiens sont bluffants dans leur rôle. Je ne vous en dévoilerai pas plus, les apparences sont trompeuses, des petits anges peuvent cacher des fêlures et des âmes de démons… Tout le monde a des squelettes dans son placard…

Secrets-and-Lies-logo

Un thriller psychologique tendu qui nous plonge dans les coulisses d’une banlieue australienne. Ben, un père de famille comme les autres, trouve le corps d’un garçon de 4 ans et devient rapidement le suspect n°1. Alors que son monde s’effondre petit à petit, Ben doit prouver son innocence. Son mariage, ses enfants, sa réputation sont en jeu. Mais est-il vraiment coupable ?

Ma note:
8/10

Informations:
Prix: 24,99 euros le double DVD et le double Blu-Ray.
Sortie depuis le 4 mars 2015.

2 commentaires sur “[Avis en série] Secrets of Lies

  1. J’ai adoré cette série, je la conseille à tout le monde :)
    Un peu le genre de broadchurch (que j’adore ^^), c’est bien tourné, bien ficelé, assez réaliste…que du positif :)
    La fin est surprenante (bien que je l’avais devinée ^^)
    Petite série sans prétention qui devrait se faire connaître :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *