[Avis] [Disney / Ghibli] Le Vent se lève (Kaze Tachinu) de Hayao Miyazaki

Hayao Miyazaki a su me faire rêver avec Ponyo sur la falaise, Porco Rosso, Sherlock Holmes, Le Château de Cagliostro, Mon Voisin, Totoro, Princesse Mononoké, Le Voyage de Chihiro… J’étais impatiente de découvrir son dernier long métrage. J’ai eu un énorme sourire de le découvrir au Grand Rex lors d’une avant-première. Les Studios Ghibli sont distribués par Disney en France. Loin d’être un film pour enfants, Le Vent se lève s’avère être à destination d’un public à partir de 10 ans voir plus si vous voulez mon avis. De part son histoire, son récit, sa manière de poser les événements. Les subtilités, les divers degrés de lectures risquent d’échapper aux plus jeunes. Et c’est loin d’être un Ghibli doux.

Le Vent se lève - Affiche

Le Vent se lève se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale au Japon (faute au hasard, je navigue dans cette période en ce moment au gré de mes visionnages). Le héros Jiro, jeune homme avec des problèmes de vues, rêve de construire le plus bel avion, à des fins militaires ou civils peu lui importe. Il souhaite réaliser le meilleur objet volant. Il devient ingénieur concepteur chez Mitsubishi.

Au début, l’archipel traverse des tumultes comme un tremblement de terre. La scène est magnifique de réalisme. Le coeur se serre. La crise économique semble toujours d’actualité et touche le spectateur. Jiro a un comportement qui dérangera certains, il réalise son idée, il part au bout de son projet, quitte à délaisser et ignorer la vie autour de lui, la misère, les maux, les conflits. C’est un peu comme si il possédait sa propre bulle. Cette impression ressort énormément à mes yeux avec sa relation avec Nahoko. Mon cerveau avait bloqué direct sur la finalité, sur le côté drame… L’amour est mis en retrait, il souffre, Jiro le met à l’écart pour « tenter de vivre ».

Le Vent se lève, il faut tenter de Vivre. 

Paul Valéry

Un petit point m’a dérangé, cette présence de tabac, toujours et toujours en fond. J’ai revu Lucky Luke et sa cigarette, oubliée et remisée au placard depuis les lois anti-tabac chez nous. Par instant, j’ai eu un sentiment de longueur extrême. Trop, l’ambiance pesait et s’en ressentait. Deux heures que j’ai senti passé. Je n’ai pas eu cette sensation avec les autres oeuvres de Hayao Miyazaki. Néanmoins, la magie des images, la poésie opère. Je regrette seulement de ne pas avoir eu le coeur bondissant (pas tel Tigrou, non juste un vrai coup de coeur, des palpitations, des sourires, des émotions vives…)

Le Vent se lève - Photo

Le Vent se lève est une ode à la vie. Il pousse à croire en ses rêves, à s’accrocher, à passer outre l’adversité. La musique de Joe Hisaishi accompagne parfaitement les moments clés. Ma préférée est la chanson “Hikoki Gumo”. Le récit est intéressant, il demande un petit rappel des cours d’histoire pour se remémorer la situation et mieux cerner certains points. Seulement, je suis restée un peu à côté, les avions (si vous regrettiez le traitement de Planes trop enfantin, là il est à l’opposé trop adulte, frôlant le technique et pouvant perdre le néophyte) ont embarqué sur leurs ailes une partie de mon attention. Le film soulève son lot de questions. Il a une intensité et une maturité imparable. Si vous cherchez du léger, passez votre chemin. Idem pour la magie, les créatures, les effets contes merveilleux… Même si les rêves éveillés de Jiro demeurent sublimes.

En résumé:  mon coeur de fan de Miyazaki a un petit raté, il n’a pas vibré en totalité. Le Vent se lève est bouleversant, très adulte, magnifique par moments, mais j’ai eu un pincement sur cette magie qui m’avait séduite. Les dessins sont toujours aussi somptueux comme la musique. Le ton est grave, tendre à la fois et étrangement surprenant. Il ne restera pas graver dans ma mémoire comme l’un de mes préférés.

Synopsis:

Inspiré par le fameux concepteur d’avions Giovanni Caproni, Jiro rêve de voler et de dessiner de magnifiques avions. Mais sa mauvaise vue l’empêche de devenir pilote, et il se fait engager dans le département aéronautique d’une importante entreprise d’ingénierie en 1927. Son génie l’impose rapidement comme l’un des plus grands ingénieurs du monde.
Le Vent se lève raconte une grande partie de sa vie et dépeint les événements historiques clés qui ont profondément influencé le cours de son existence, dont le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose et l’entrée en guerre du Japon. Jiro connaîtra l’amour avec Nahoko et l’amitié avec son collègue Honjo. Inventeur extraordinaire, il fera entrer l’aviation dans une ère nouvelle.

Note:

7/10

Informations:

Sortie: 22 janvier 2014 / Distributeur: The Walt Disney Company France / Genre: Drame, Animation

Merci à Pascal pour les places.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *