[Avis] Date Limite (Due Date) de Todd Phillips

Ma petite personne a passé un excellent moment à l’avant-première de Date Limite mercredi soir, le nouveau film de Todd Phillips. Warner Bros a su conquérir mon coeur avec sa projection. N’ayant pas vu Very Bad Trip (ce qui doit être pas loin d’un exploit dans le domaine du cinéma) point de comparaison ou de mots sur une éventuelle redite ou je ne sais quoi d’autres pour qualifier l’aventure des héros Peter (Robert Downey Jr.) et Ethan (Zach Galifianakis)
Date Limite est un road-movie où deux héros aux caractères opposés apprennent à se connaitre. Le duo Ethan/Peter détonne. Zach Galifianakis et Robert Downey Jr. l’interprètent brillamment. Downey Jr. change de registre après sonTony Stark/ Iron Man, même si pour moi il reste Larry Paul l’amant d’Ally McBeal.

L’histoire relate sous des airs loufoques un fond plus complexe que le synopsis le laisse croire. Les apparences sont trompeuses. Les gags cachent deux personnalités bien trempées avec une spychologie, des peurs, des choix, des joies qui leur sont propres. Ethan l’acteur en quête de célébrité, alterne les situations cocasses et une immense tristesse. Peter futur père devient vraiment adulte après son périple forcé en compagnie peu banale. L’un est un métro-sexuel décomplexé, permanenté, atteint d’un glaucome. Cette excuse sert est de motif à plusieurs enchainements malheureux et la raison du pourquoi d’une pipe de marijuana. Ethan évolue dans sa sphère, il a une démarche qui prête à sourire. Sa crainte de la solitude le pousse à mentir. Et ses idées retournent l’esprit de Peter en un rien de temps face à sa possible non-paternité. Les quiproquos naissent de cette opposition de look, de personnages. A l’opposé, Peter semble plus sûr de lui, plus adulte, plus sérieux. Il cache bien son jeu. Pas toujours sympathique, agréable ni gentil, il mâche pas ses mots. L’un perd un père, l’autre va le devenir. Le road trip prend un autre sens. Une initiation vers les responsabilités, vers l’avenir de parents. Le changement de statut et les relations père/fils.

Les autres acteurs ne sont pas en reste. Juliette Lewis marque par dans son rôle très Weeds. Jamie Foxx en meilleur ami qui a des relations un peu trop proches avec la femme de Peter: Michelle Monaghan (magnifiquement belle).

Un humour vache, des répliques cinglantes, des situations cocasses qui ne feraient pas forcément rire en vrai, un ensemble qui rend Date Limite plaisant. Des passages comme l’interdiction de vol, Peter flanquant une tatanne à un môme de 9 ans. Des routes sinueuses (une image physique des pensées torturées des personnages). Des dos d’âne traitres que Jamie Foxx et Robert Downey Jr prennent à toute vitesse pour le déplaisir de Zach Galifianakis. Un réveil légèrement décalé avec deux masturbateurs (un homme et un bulldog). La scène a un côté hilarant, triste, décalé. Peter passe un moment particulier, comme seul au monde. D’accord la masturbation canine n’est pas une première dans le cinéma, là elle accentue le délire. Ethan ne peut soit-disant pas s’endormir autrement qu’en s’astiquant le poireau. A qui pense-t-il? A qui rêve-t-il? Todd Phillips installe un doute sur les relations des deux héros. Les gestes tendres, leur complicité tout est tendu mais infiniment simple presque naturel.



Deux destins différents qui finissent liés. Bourré de sous-entendus de points intéressants Date Limite narre l’aventure humaine de deux opposés Ethan et Peter qui cherchent à résoudre chacun un soucis. Surprenant, drôle et attendrissant, le long métrage de Todd Phillips fera sourire ou poussera à fuir. Pour ma part, j’ai opté pour la première solution. La fin se montre gentille pour la morale? ou est-ce une finalité normale? Plus de mordant, moins de « je vais être bien pensant » aurait-il changé la donne? Dans tous les cas, Date Limite est une belle amitié particulière qui tient en grand partie grace à l’association Robert Downey Jr. (incroyablement bluffant) et Zach Galifianakis (merveilleusement paradoxal dans son rôle de tête-à-claque).  A vous de voir.

Note: 9/10

Merci à Allocine et à Warner Bros.

5 commentaires sur “[Avis] Date Limite (Due Date) de Todd Phillips

  1. Et moi je dois être une des seules a ne pas avoir accroché sur Ally Mc Beal, jamais regardé plus d’un épisode, je supporte pas l’actrice!
    Par contre Robert Downey je le kiffe, un des meilleurs acteurs de sa génération et s’il n’avait pas merdé à l’époque, il serait une immense star aujourd’hui…
    Pourquoi pas, si j’ai le temps! je me fais un film vendredi à l’heure du déj mais je n’ai pas encore choisi!

  2. ce film est génial
    tous le monde est rester skotché sur son siège
    des aplaudissement a la fin du film
    a ne pas manquer
    comme par hasard c’est le film qui a le moins de pub -_- pfff
    tous les autre film que j’ai vu était des navés
    et encors plus paranormal actyvity 2 avec sa fausse bande annonce
    tandis que la bande annonce de date limite n’est rien comparé au film
    et pourtant elle est génial
    alors vous imaginez !!!
    aller voir ce film
    il est sensationelle !!!!!!!!!

    ps: désolé pour les fautes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *