[Avis] Charlie Countryman de Fredrik Bond

Synopsis:

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Bouleversé par la mort de sa mère, Charlie Countryman quitte les Etats-Unis et atterrit dans l’une des villes les plus survoltées d’Europe : Bucarest. En plein deuil, seul parmi des inconnus, entre virées en boîte et trip hallucinogènes, il rencontre la très énigmatique Gabi… et en tombe violemment amoureux. Harcelée par son ex, un dangereux caïd local, Gabi tente toutefois de repousser Charlie pour mieux le protéger… Mais rien ne fait entendre raison au jeune homme – pas même la peur de mourir.
Pour Charlie Countryman, cet amour-là vaut tous les sacrifices…

Charlie Countryman - Affiche

Notre avis:

Dans Charlie Countryman, le réalisateur Suédois Fredrik Bond bénéficie pour son premier film d’un casting qui tapent dans les jeunes espoirs du cinéma américain: Evan Rachel Wood et Shia LaBeouf (Transformers et oserions nous parler de son rôle dans Indiana Jones)- ajoutez un soupçon de comédiens qui vous collent la dragée haute comme Mads Mikkelsen (plus inquiétant que jamais), Til Schweiger – et un ex d’Harry Potter que nous aimons particulièrement Rupert Grint (chut le premier qui dit que c’est faute à sa couleur de cheveux le roux, c’est faux, il a un charme intemporel). Sur le papier, même l’affiche nous séduisait. Tout nous attirait, la projection nous a un peu refroidi. C’est étrange de ressortir d’une salle de cinéma en ayant une petit goût de tristesse dans la tête. Un petit doute sur ce qui a été projeté devant nos yeux, si nous avions pas rêvé, perdu dans un trip. Le tumulte des sentiments de Charlie s’entrechoque, transporte dans une aventure peu ordinaire.
L’inspiration de films comme Trainspotting et Slumdog Millionaire se ressent. (ou alors nous avons eu un espoir ou une hallucination au choix). Une impression de courses, de temps qui filent, de partir à l’aventure sans s’arrêter, sans prendre le temps de souffler, poussent à être à la limite de l’oppression et du stress. Sans parler que les visions donnent une sensation d’avoir pris de l’acide ou une substance hallucinogène. L’énergie transpire des scènes. Peut-être trop, peut-être se noie-t-elle. Nous avons été captivé par les regards, par ses échanges où tout se déroule sans un mot, d’un battement de cils, nettement plus captivants à notre avis que les répliques et les dialogues des personnages.

La bande originale appuie sur le dynamisme incessant du long métrage. La romance se perd. Se rompt, se bouscule dans l’ivresse des sens. La passion devient violente, intransigeante, dure. La douceur n’a pas sa place. C’est étonnant, captivant avec un côté noir. La violence ne nous épargne pas. Elle est brute. Elle assomme les moments partagés entre les deux amoureux Gabi et Charlie. Face à eux, Nigel inspire encore une infinie envie de filer se planquer sous la couette. Le hic, repose sur le scénario de Matt Drake (Projet X). La trame est originale, prometteuse, le rendu moins. Notre esprit a commencé à s’interroger sur l’accumulation des invraisemblances, des effets visuels, de la course effrénée du héros déboussolé.

Visuellement, Charlie Countryman bluffe, subjugue à plusieurs moments, dans le fond, soit vous accrochez soit vous restez sur la route. Nous sommes entre deux. Si vous voulez un film avec une romance et un thriller palpitant, à vous de voir si vous tentez le pari.

Notre note:

6/10

Informations:

Sortie: 14 mai 2014 / Distributeur: DistriB Films/ Genre: Thriller , Romance

Titre Vo: The Necessary Death of Charlie Countryman

Casting: Shia LaBeouf, Evan Rachel Wood, Mads Mikkelsen, Ion Caramitru, James Buckley, Melissa Leo, Rupert Grint, Til Schweiger, Vincent D’Onofrio

Merci à DistriB Films pour la projection. Vu en VO. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *