[Avis] Blanche Neige Et Le Chasseur, (Snow White and the Huntsman) réalisé par Rupert Sanders

Synopsis :

Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige. Et voilà précisément où l’histoire que vous croyiez connaître prend fin et où la nouvelle adaptation épique et envoutante de ce célèbre conte des frères Grimm débute. Notre héroïne, dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine Ravenna et déclencher son courroux, n’a plus rien d’une damoiselle en détresse, et la cruelle marâtre en quête de jeunesse éternelle ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur qu’elle avait elle-même envoyé pour la capturer. Alliant leurs forces, Blanche-Neige et le chasseur vont fomenter une rébellion et lever une armée pour reconquérir le royaume de Tabor et libérer son peuple du joug de l’impitoyable Ravenna.

Le chasseur musclé sauve la demoiselle en détresse

Avis :

Dans les temps brumeux actuels de la productions cinématographique, depuis la fin des Harry Potter et autres Seigneurs des Anneaux et même de Narnia (enfin si c’est bien fini), les producteurs étaient tristes. Ils n’avaient plus de quêtes épiques, ni d’élus tout choisis pour sauver le monde, le problème c’est que pour faire un film épique, il faut toujours une base et à l’heure où des séries se sont accaparées du registre « épic fantasy » avec plus ou moins de réussite (exemple de réussite : « Game Of Throne »). Il fallait donc revenir aux bases et pourquoi par réadapter les contes des Frères Grimm, au hasard, « Blanche Neige ». Deux majors ont eu l’idée de lancer la production d’une nouvelle adaptation de ce conte, la première version a donné « Blanche Neige » (« Mirror, Mirror ») sortie il y a quelques mois, très moyenne, versant dans le spectacle enfantin. La seconde, celle que je viens de voir, se voulant plus adulte et versant totalement dans la Fantasy.

 

Le réalisateur, dont c’est le premier long métrage vient de la pub, traduction c’est un « Yes Men » qui sait faire de belles images, il a par exemple réalisé des spots de pubs et des trailers pour « Halo » et connaît très bien les fond verts. Bon niveau direction d’acteurs c’est pas vraiment ça mais on ne l’a pas pris pour ça. Le casting c’est une association d’acteurs en devenir, Blanche Neige incarnée par Kristen (Twilight) Stewart et Le chasseur interprété par Chris (Thor) Hemsworth. La seule idée qui pouvait donner un résultat intéressant c’est Charlize Theron en Reine diabolique mais son personnage est décrit trop grossièrement pour qu’on soit à un quelconque moment concerné par son sort.

Le reste du casting rassemble quelques bonnes idées pour les personnages des nains mais ils sont totalement sous-exploités pour devenir intéressant, on sent vraiment qu’on les a placé là pour respecter un minimum la trame du conte.

La méchante Reine plus belle que Blanche Neige ???

La vision fantasy du conte des frères Grimm était pourtant une bonne idée au début, de plus de belles images, des costumes pas mauvais et une photo assez réussie font quelques fois illusion mais aucun souffle épique ne vient bousculer le récit. Attention on est pas dans une relecture désastreuse d’Alice comme l’a fait Burton, il en ressort de jolies scènes et le numérique sait se faire plus discret que dans les récentes expérimentations du genre mais à aucun moment on se retrouve transporté par les personnages remplis de stéréotypes. Le Chasseur a vécu un deuil et tente de se racheter en sauvant Blanche, la reine est mauvaise mais elle a eu une enfance malheureuse et les nains bah, ils sont rigolos. Niveau protagonistes, on reste dans du déjà-vu 200 fois. Je ne vous parle même pas des emprunts tendancieux à « Mononoke » ni du miroir ressemblant à un T1000 doré avec une voix de jeux vidéo.

Le semblant de souffle final du film s’estompe rapidement, car les personnages n’ont pas de consistances suffisantes pour amener un attachement, du coup on subit les dernières minutes plus qu’on ne les apprécie en se remémorant pourquoi dans le Retour du Roi, on avait tant apprécié la tirade d’Aragorn… c’est simple le réalisateur avait su nous faire adorer ses héros mais ici on se dit juste qu’à défaut d’être totalement raté, c’est passable quand est pas trop regardant. Mais bon ils peuvent toujours faire la suite qu’on se marre un peu plus.
Non je ne parlerais pas du jeu d’actrice de Kristen Stewart , elle sourit dans ce film, c’est en progrès !

Note: 6/10

Blanche Neige Et Le Chasseur, réalisé par Rupert Sanders
(sortie le 13/06/2012) avec Kristen Stewart, Charlize Theron, Chris Hemsworth.

Ps de 3Moopydelfy, vu mon âme de môme, je suis pas totalement dans le même regard critique qu’Aterraki… Mirror Mirror déjà j’ai aimé. Et Blanche Neige a un côté sombre dans la version de Rupert Sanders qui change un peu du quotidien de l’idée des contes doux et mignon. A la base, les Grimm ne sont pas tendres comme dans la vision de Disney. Une atmosphère plus cruelle , plus démoniaque avec des belles images ça me convient. Chut, non je ne suis pas influencée par Charlize et Chris. J’en reparlerai.
Un autre avis chez Rêves-connectés.

Attention: Blanche Neige et le chasseur n’est pas tout public. Il s’adresse aux plus de 10 ans voir 12.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *