[Avis] Anonymous: et si on réécrivez l’histoire de Shakespeare?

Nos souvenirs sont emplis de magie et de grandes aventures à l’évocation du nom de Shakespeare. Ses écrits demeurent encore aujourd’hui incontournables.

Synopsis:
C’est l’une des plus fascinantes énigmes artistiques qui soit, et depuis des siècles, les plus grands érudits tentent de percer son mystère. De Mark Twain à Charles Dickens en passant par Sigmund Freud, tous se demandent qui a réellement écrit les œuvres attribuées à William Shakespeare. Les experts s’affrontent, d’innombrables théories parfois extrêmes ont vu le jour, des universitaires ont voué leur vie à prouver ou à démystifier la paternité artistique des plus célèbres œuvres de la littérature anglaise.
A travers une histoire incroyable mais terriblement plausible, « Anonymous » propose une réponse aussi captivante qu’impressionnante. Au cœur de l’Angleterre élisabéthaine, dans une époque agitée d’intrigues politiques, de scandales, de romances illicites à la Cour, et de complots d’aristocrates avides de pouvoir, voici comment ces secrets furent exposés au grand jour dans le plus improbable des lieux : le théâtre…

Et si William Shakespeare était un vil imposteur? un simple prête nom sans talent? Et si derrière l’auteur adulé, étudié et plaisant du drame romantique Roméo et Juliette, d’Hamlet, et de bien d’autres pièces se cachait un haut membre de la noblesse? Roland Emmerich propose une vision étonnant de la vie de William. Sous la plume le comte d’Oxford, Édouard de Vere serait le vrai visage du théâtre anglais. Nous avons été captivée par le film du début à la fin malgré quelques longueurs.

Le casting est séduisant à souhait, avec une très belle mention à Rhys Ifans qui incarne le comte d’Oxford. Sans oublier les très shakespeariens Derek Jacobi et Vanessa Redgrave magistrale en Reine Elizabeth. Sompteuse aussi Joely Richardson telle mère telle fille nous pourrions dire dans leur cas. Incroyable de toucher à la folie, à la passion, à un panel larges comme l’amour, la haine, le désir, la quête du pouvoir … du bout des doigts.

Les mots sont portés avec brio par les acteurs en costume du XVeme siècle. Nous voyageons à travers les images et les émotions des personnages. L’atmosphère est empreint des vilainies qui se trament dans les coulisses de la royautés pour tirer les ficelles. Le plus gros bémol que nous avons ressenti est consentré sur le héros William Shakespeare Rafe Spall , tête à claque au possible. La reconstitution naissant sous nos yeux émerveillent, donnent envie de se plonger dans Henri IV,Le Songe d’une nuit d’été ou encore Le Conte d’hiver. L’histoire d’amour entre la Reine et le Comte transcende les barrière du carcan de la position de chacun. Le théâtre de Rose est somptueux.

Vérité ou mensonge? Shakespeare a-t-il vraiment existé? Derrière Anonymous des hypothèses sont soulevées, sont mises à disposition d’une manière un peu trop hollywoodienne par instants. Difficile de ne pas se noyer dans les longs discours, les badineries, les flots d’informations. Edward Hogg dans le rôle de Robert Cecil surprend. La scène entre lui et Rhys Ifans est magistral. Le film se clot sur un twist surprenant. Le mystère demeure.

3 Moop raisons de voir Anonymous:

  • Une biographie peu ordinaire avec une vision assez étonnante de Shakespeare
  • Casting bluffant en costume d’époque, dépaysant et bouleversant
  • Une histoire passionnante sous son air historique

Note: 7/10

DVD disponible depuis le 9 Mai 2012

Distributeur :  Sony Pictures Home Entertainment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *