[Avis] 2 westerns mythiques: Le convoi sauvage et Le fantôme de cat dancing de Richard Sarafian

La moustache dans les western, des cowboys, des indiens, un part de moi, se souvient des films de son enfance avec nostalgie. Wild Side a sorti un somptueux coffret contenant 2 westerns signés par le réalisateur de Point Limite Zéro Richard Sarafian. Ils sont disponibles dans un superbe coffret prestige de la collection CLASSICS CONFIDENTIAL, un package Prestige, incluant un livre inédit de 80 pages richement illustré.

Convoi Sauvage (Le)

Synopsis: 1820. Un trappeur, laissé pour mort après avoir été blessé par un grizzly, tente de survivre au sein d’une nature hostile avec une seule idée en tête : se venger de ses anciens compagnons, menés par un capitaine visionnaire dont le navire est traîné par 28 mules à travers un territoire infesté d’Indiens…

Richard Sarafian parvient avec son convoi sauvage à retourner son public. Loin des duels de western, des dialogues, des monologues sans fin du héros, les images parlent à la place des protagonistes. Le film offre une magnifique leçon de vie et d’humanité. Le destin inverse les rôles, Zachary Bass suite à une confrontation avec un ours, se retrouve abandonner par celui qu’il considérait comme son père: le capitaine Henry (John Huston). Le fils adoptif se retrouve à la place de son propre enfant, rejeté, repoussé. Le parallèle se dessine en plusieurs scènes assez sombre. Laissé en arrière entre la vie et la mort, en piteux état, grièvement blessé, Bass se bat pour survivre. L’idée de vengeance le pousse à surmonter la douleur dans un premier temps. Puis, peu à peu, sa soif de mort le quitte. Ses souvenirs du passé le submerge, les flash-back permettent d’en apprendre plus sur l’homme orphelin devenu trappeur. Le coeur du héros se modifie, son regard sur les événements change. L’amour perdu, l’amour futur s’immisce doucement dans sa tête.


Le convoi sauvage est une quête intérieure. Un message de pardon, le pardon à celui qui vous a fait souffrir, mais surtout celui à vous-mêmes pour vos actes anciens et nouveaux. Le temps se pare d’un autre visage tout le long du long métrage. Les images expriment parfois une telle vague de sentiments retenus que c’est dur de ne pas avoir de l’intêret pour Bass. Silencieux, héros solitaire, son apparence taciturne, dénote une époque, celle des chasseurs d’or, des westerns. Classiquement les Indiens sont les ennemis, les cowboys les gentils, la présentation pourrait se résumer ainsi. Loin de là, les vrais héros du Bien et du Mal sont pas ceux qu’on croit.
Richard Harris campe un personnage bluffant de force intérieure, un esprit puissant. John Huston, quant à lui, montre un capitaine enfermé dans son mutisme, incapable de communiquer avec son équipage.
Les mots se font rares, concis, simples, réalistes pour laisser les images s’exprimer avec grace, noblesse sans emballage d’effets spéciaux. Du grand western, violent dans une mesure, une superbe plaidorie pour le dépassement de soi, le pardon, l’amour paternel. L’âme humaine est dépeinte d’une manière intransigeante avec peu de moyens.

Caractéristiques du film et du DVD:

  • Avec John Huston, Richard Harris
  • Durée (DVD) : 1h44 | Langues : Anglais, Français | Sous-titres : Français | Son : Français Mono, Anglais Mono
  • Image : Master restauré – 2.35, 16/9e comp. 4/3

Ma préférence dans le coffret va au superbe film avec Burt Reynolds (le plus incroyable des moustachus à mes yeux) : Le fantôme de cat dancing.

Synopsis: Dans le désert, des hors-la-loi s’emparent du contenu d’un fourgon postal, sous les yeux de Catherine Crocker, témoin inattendue immédiatement capturée. Les forces de l’ordre se lancent à la poursuite des voleurs et le mari de Catherine, Willard Crocker, se joint à la patrouille…

Le fantôme de Cat Dancing surprend. A la fois western, film romantique et voyage initiatique, il présente 3 visages complémentaires avec un casting remarquable. L’un des meilleur rôle de Burt Reynolds qui porte la moustache comme personne, une occasion de voir l’acteur dans un registre sobre et sombre que sa carrière ne lui offrira pas souvent par la suite. La rencontre improbable d’un acteur du box-office  Burt Reynolds. à l’époque et d’une actrice britannique au charme sophistiqué: Sarah Miles. Sarafian met les deux êtres dans une situation romantique tout en gardant la violence du far-west.

Car l’air de rien, les western peuvent poser des questions existentielles. Un peu comme les enfants et leurs pertinences à mettre le doigt sur l’interrogation qui vous laisse baba. Ici, c’est comment deux êtres que tout opposent tombent follement amoureux l’un de l’autre? C’est vrai, comment un malfrat peut faire succomber une ravissante demoiselle comme Catherine? Burt Reynolds a une réplique dans le film qui m’a fait sourire, entre deux attitudes cabotines, dans une scène romantique avec Sarah Miles. J’hésite à vous la citer, j’ai l’air cucul de retenir cette échange dans tout un film. L’effet Burt Reynolds a du avoir raison de moi. N’ayez crainte amateurs de cowboys, de duels, de sang, le fantôme de Cat Dancing possède son lot de scènes violentes. Point de dialogues à l’eau de rose, point de grande émotion avec déclaration d’amour à la Clark Gable dans Autant en emporte le vent. Juste l’aventure de deux protagonistes amoureux que le destin a fait croisé la route. Jay Grobart au fur et à mesure de l’évolution de ses sentiments pour Catherine s’avère plus violent, plus apte à flanquer des coups. L’homme devient implacable et intraitable.

L’amour, les quêtes initiatiques, les duels, les cowboys ont divers visages. Le fantôme de Cat dancing séduit, ravage avec sa touche d’amour. Le convoi sauvage énonce un autre amour, le paternel. Deux westerns deux styles d’amour différents menés avec brios avec des acteurs exceptionnels avec un voyage initiatique pour trame sous fond d’imagine légendaires du far-west américain. Deux échos, deux destins, deux très bons longs métrages à découvrir ou à revoir. Les deux titres sont magnifiques avec une photographie à faire rêver, même si quelques longueurs se présentent parfois, l’ouest, les cowboys remplissent toujours autant mes yeux d’étoiles.

Caractéristiques du film et du DVD:

  • Avec Burt Reynolds, Sarah Miles
  • Durée (DVD) : 2h03 | Langues : Anglais, Français | Sous-titres : Français | Son : Français Mono, Anglais Mono
  • Image : Master restauré – 2.35, 16/9e comp. 4/3
  • Bonus:
    L’ÂME DE L’OUEST, un livre inédit de 80 pages qui se penche sur la genèse et l’histoire du tournage de ces deux films, écrit spécialement par Philippe Garnier, journaliste (Libération, Le Monde…), grand cinéphile et écrivain, et illustré par des photos exclusives et des documents d’archives rares.
    Dans les compléments, le réalisateur, interviewé chez lui récemment, revient largement sur les 2 films. Vous aurez l’occasion de découvrir et d’apprendre plusieurs points intéressants sur les tournages des deux westerns, comme la mort du manager de Sarah Miles…un mystère qui demeure suicide ou assassinat.

    Coffret DVD disponible depuis le 5 juillet 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *