[Avis] ☙ De la joie d’être bordélique☙ par Jennifer McCartney

☙Synopsis:☙
La magie du rangement a fait son temps. Faisons la peau à cette absurdité, et commençons à acheter plein de trucs, pour les semer partout où nous en avons envie !
Savez-vous que la science a prouvé que les personnes désordonnées sont plus créatives (et aussi plus intelligentes et plus séduisantes) ? Mais être un vrai bordélique et se laisser aller est un art ! Ce livre va vous apprendre comment vivre dans le bazar (en toute chose et de la cave au plafond), en pleine conscience et dans la joie. Et le résultat est époustouflant : vos plantes vont cesser de mourir, votre bouteille de whisky ne s’asséchera plus jamais, vous allez pouvoir vous lâcher, et vous découvrirez que vous avez perdu du poids…
Il est temps de reprendre votre vie en main et de la débarrasser de la manie du rangement.

☙Mon avis:☙
A l’ère des maniaques du rangement, d’apprendre à gérer en toute harmonie son intérieur et ses affaires, Jennifer McCartney propose un anti KoniMari. De la joie d’être bordélique se pose comme un joyeux petit ouvrage sans prise de tête, sans remords, sans regrets, il est une énorme bouffée dans ce monde qui veut que tout rentre à une place précise. Il se présente comme tout un fichu bordel en un livre de NON développement personnel. Dès la couverture le ton est donné. Un joyeux petit bordel vous attend en la dépassant. Un bordel vivants, remplis de mille petites choses parfois inutiles mais qui ont le don de vous faire sourire. Vous savez ces petits trucs qui peuplent votre bureau sans avoir aucune utilité. Genre cette figurine immonde (ah non désolée, je ne dirai pas que ce truc bizarre, étrange est beau à tomber, non non il l’est mais dans le genre créature particulière) héritée d’une de vos merveilles. Pourtant elle a le don de vous envoyer des papillons et une onde de tendresse à chaque fois que vous la regarder.

Car s’est bien connu tous les soucis, stress, colère, emploi viennent de votre manière de ranger. Tout doit être aligné, parfait. Je ne sais pas vous moi je n’y arrive pas. J’aime les objets à leur place sans être malade car ils se promènent. Sauf les Lego en pleine nuit, là, je vous assure c’est mes pieds qui pleurent. L’attaque de Lego est fourbe, cruelle et dure. (Bon, à ce problème merci Lego pour les chaussons moelleux pour éviter d’hurler en marchant sur les briques). Jennifer McCartney m’a fait de nombreuses fois sourire. J’ai pensé à mes cubes de rangement, les bacs que toutes la famille possèdent. J’ai pensé à ces souvenirs que nous conservons tous. J’ai rigolé avec le regard sur les livres. J’ai failli recracher mon thé avec l’acronyme MAE (soit les Mortellement Accro à l’Elimination -de vos affaires pas de votre déjeuner). Dans le monde, il existe ceux qui aiment l’ordre et ceux qui ont besoin d’un petit univers un peu fouilli pour être bien. Pourquoi les deux ne seraient pas possible?

Jennifer McCartney possède un humour fou, un peu cru, un peu dingue, diablement rafraîchissant voir démoralisateur. Elle offre un livre amusant, simple, une vraie parodie sarcastique des méthodes de rangement. Etre bordélique apparaît comme un chemin décalé, sans complexes, sans prises de têtes. Même les plus organisés ne seront pas insensibles. C’est tellement doux, dingue, réaliste. Adieu vêtements sans pli, au diable tout ça, vous rangez comme vous le souhaitez. Qui ira inspecter sans arrêts vos placards? Si vous passiez votre temps à autre chose? L’auteur déculpabilise, offre des pistes, fait sourire pour contrer la Magie du rangement.

De la joie d’être bordélique se lit avec un plaisir infini. Il n’est pas obligé de suivre tous les chapitres pour emporter dans son sillage un vent de sourire, d’humour. Jennifer McCartney signe un joli étalage de la pagaille, du lâcher prise, d’apprendre à souffler. Un petit livre amusant, décomplexant, qui laisse traîner une onde de vie derrière lui qui fait un bien fou au moral. 

☙ Merci à Marie-Laure etaux éditions Mazarine pour cette découverte ☙

☙Ma note:☙
☙ 9/10 ☙

Coup de coeur

☙Informations:☙
Auteur: Jennifer McCartney
160 pages
Editeur : Fayard/Mazarine
Date de parution: 15 février 2017
Collection : Documents
Prix: 10 euros
Disponible en numérique: Oui
☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *